Consommation Le secteur des vins et spiritueux tire la sonnette d’alarme: la hausse des accises menace le secteur.

On s’y attendait avec les dernières mesures fiscales prises par le gouvernement et c’est plus qu’une réalité : les consommateurs se tournent de plus en plus vers l’étranger pour leur approvisionnement en boissons alcoolisées. Selon l’enquête réalisée par Vinum Et Spiritus, l’association des producteurs et distributeurs de vins et spiritueux en Belgique, plus de deux Belges sur trois considèrent les taxes sur les vins et spiritueux injustes.

De nos jours, les taxes (accises et TVA) sur une bouteille de vin peuvent s’élever jusqu’à 30 % et peuvent atteindre presque 70 % sur les spiritueux. L’étude révèle également qu’environ 1 Belge sur 4 ne sait pas d’où provient la détermination du prix des vins et spiritueux.

Quand les enquêteurs ont révélé le montant des taxes actuelles aux individus sondés, ces derniers ont déclaré qu’ils les considéraient injustes : 60 % des sondés estiment que la taxe sur une bouteille de vin est injuste, contre 75 % pour la taxe sur les spiritueux. Par conséquent, en moyenne, 4 à 10 consommateurs belges achèteront du vin et des spiritueux dans d’autres pays en raison du taux d’accises moins élevé qu’en Belgique.

En effet, avec des taxes pouvant faire grimper le prix de la bouteille de vin de 1,50 € et celle de spiritueux de 11 €, on comprend que le consommateur aille faire le plein au Luxembourg, notamment.

"C’est très inquiétant car on constate que seuls 34 % de la consommation de spiritueux en Belgique proviennent de la production des PME belges. Et quand on sait que le secteur génère 36.000 emplois, on comprend toute l’inquiétude qui plane sur la profession. L’impact, à terme, pourrait être désastreux pour l’équilibre de ces entreprises", déplore Geert Van Lerberghe, Directeur Général de l’association. Une pétition (CancelUnfairWineSpiritTax.be) a dès lors été lancée pour venir en aide au secteur et revendiquer une politique de droit d’accises plus équilibrée.