Consommation Chaque semaine, retrouvez les judicieux conseils de Julie Frère (Test-Achats) qui répond aux questions que vous posez ! Trois thèmes, trois questions très précises avec une approche claire, didactique et éclairante. Cette semaine nous parlons mijoteuse et panneau solaire !


1er cas - Faut-il nettoyer ses panneaux solaires ?

Cela ne s'impose que si vous constatez d'abondantes chutes de feuilles ou de nombreuses déjections d’oiseaux, qui peuvent causer un ombrage important. De plus, la zone en dessous du dépôt peut surchauffer, ce qui risque d'endommager le circuit qui se trouve juste en dessous... et donc le panneau tout entier. Le reste du temps, le nettoyage naturel par la pluie suffit le plus souvent.

Faible impact de la poussière

Un dépôt de poussière légère, issue du trafic routier et des pollens, ne cause qu'un faible ombrage. Une synthèse d'études scientifiques menée en 2016, indique une perte de rendement des panneaux solaire, due à la poussière, allant de 1,5 à 6,2 % par an en Californie. Or cette zone géographique comporte en moyenne 3 à 4 fois plus de poussière en suspension dans l'air que la Belgique. Cette perte serait donc moindre chez nous.

Nettoyage naturel par la pluie

Toujours d'après cette synthèse, les précipitations doivent atteindre au moins 20 mm pour assurer un nettoyage correct des panneaux. Une pluie moyenne de plus de 40 minutes ou une averse de 10 minutes suffisent. Or en Belgique, nous avons en moyenne 200 jours de pluie par an, et au

moins 2 jours de précipitations par mois, d'après l'Institut Royal Météorologique. Lorsqu'on dispose d'une inclinaison suffisante (et celle de 30 %, qui est la plus courante, suffit amplement), on peut donc compter sur la pluie pour laver régulièrement ses panneaux. De plus, il neige 1 an sur 2, et la neige assure un nettoyage parfait.

Prix élevé du nettoyage professionnel

Même si vous vous trouvez à proximité de voiries très fréquentées et que cela augmente la quantité de poussière sur votre installation, cela ne suffit pas à rendre le recours à une société spécialisée dans le nettoyage des panneaux rentable. Imaginons que vous disposiez d'une installation de 3,5 Kwc (kilowatt crête) mesurant environ 22 m2. Même en étant extrêmement pessimiste, en envisageant un dépôt de poussière entraînant 5 % de perte de rendement, sans qu'il n'y ait jamais aucune pluie ou neige pour venir laver vos panneaux, vous perdriez à peu près 40 euros d’électricité par an... Le prix demandé par une entreprise de nettoyage est en moyenne de 150 à 200 euros. Ce qui vous ferait perdre de 110 à 160 euros !

Comment nettoyer ses panneaux ?

À moins que vos panneaux soient difficilement accessibles, vous pouvez les laver vous-même en respectant les conseils suivants : - utilisez un simple tuyau d’arrosage ou un manche télescopique, pas un appareil haute pression;

- recourez à de l’eau claire (sans solvant ou détergent) et si possible à de l'eau de pluie ou à de l’eau déminéralisée;

- servez-vous d'un chiffon ou d'une éponge douce, pas de matériaux abrasifs;

- n’appliquez pas de pression sur les panneaux.

2e cas - Est-il sûr de cuisiner à la mijoteuse ?

La mijoteuse (ou slow cooker) permet de cuire les aliments à basse température constante (slow cooking), généralement entre 70 ° et 90 °C. On l’utilise par facilité, mais aussi pour obtenir des aliments particulièrement tendres. Cette chaleur douce suffit pour venir à bout des bactéries quand l’aliment y est soumis assez longtemps. C’est le cas lors de la cuisson en mijoteuse, comme l’a démontré une étude de l’Université de Gand en 2012. Les chercheurs ont inoculé des bactéries à différents aliments avant de les cuire en mijoteuse selon les instructions de l’appareil. Résultat : le temps requis pour cuire les aliments était plus long que le temps nécessaire pour venir à bout des bactéries pathogènes.

© D.R.

Quelques précautions

Comme toujours lorsqu’on cuisine, une bonne hygiène est nécessaire. Utilisez toujours un appareil, des ustensiles et un plan de travail propres. Gardez les aliments au frigo jusqu’au moment de la préparation. Si vous découpez la viande ou les légumes à l’avance, conservez-les à part au frigo. La mijoteuse peut mettre des heures pour atteindre une température sûre, capable de venir à bout des bactéries. Mieux vaut que les bactéries n’aient pas pris de l’avance avant les premières heures de cuisson !

Décongelez toujours la viande avant de la mettre dans l’appareil. Si vous désirez préparer de grands morceaux de viande, consultez le manuel de l’appareil pour connaître la taille maximale des morceaux qu’il peut cuire. Ajoutez le liquide suggéré dans la recette (eau, bouillon…) et gardez un maximum le couvercle en place pour éviter que le plat ne refroidisse et que la cuisson prenne plus de temps. Tant que la nourriture cuit et une fois qu’elle est prête, elle reste en sécurité dans la mijoteuse aussi longtemps que celle-ci fonctionne.