Consommation Il n’y a définitivement pas que le Macbook : si vous cherchez un laptop nomade, élégant et puissant, voyez du côté du HP Spectre 13, nouvelle mouture… Test.

Le Spectre 13 né en 2016 était déjà plus cumulard, côté qualités, qu’un député peu scrupuleux. Qu’en est-il de sa version revisitée fin de l’année dernière ? Se hisse-t-elle au niveau de l’excellent Dell XPS 13, qui règne en maître sur le terrain de jeu de l’ultraportable haut de gamme ? Gogo-gadgeto-test.

Aspect et prise en main

Le pari n’était pas simple, il est réussi : ce Spectre 13 nouvelle version est encore plus élégant que son devancier. Décliné, pour notre version de test, en chocolat (très foncé) et bronze, il dégage une prestance du plus bel effet. Fin (1,3 cm d’épaisseur) et léger (1,1 kg), il n’en devient pas pour autant fragile. La robustesse de ses matériaux et des assemblages se perçoit d’entrée de jeu. Bref : un compromis parfait entre look&feel, entre compacité et solidité. Le clavier, rétroéclairé, et très agréable à la frappe, se répand lui sur toute la largeur du produit. Le Touchpad, particulièrement large, pourra difficilement être pris en défaut.

Écran

Il occupe 78 % de la surface du laptop, ce qui est appréciable. Mais la véritable prouesse est d’avoir rendu la dalle de 13,3 pouces tactile, le tout sans qu’elle n’ait pris le moindre embonpoint. Déclinée en Full HD (1.920 x 1.080 px), cette dalle brillante de type IPS remplit parfaitement son office. Même si les reflets ne l’épargnent malheureusement pas, et qu’on a vu mieux, côté luminosité.

Connectique

L’un des défauts de l’appareil. En gros, ce Spectre 13 n’est ouvert au monde périphérique que par le biais de trois ports… identiques ! Tous USB Type-C, dont l’un est dédié à la charge de l’appareil, d’ailleurs. Les deux autres sont également compatibles Thunderbolt 3. HP ne fournit qu’un seul adaptateur USp Type-C vers Type-A. Oubliez le port Ethernet pour une connexion Internet filaire et l’USB classique… Un port Jack est, heureusement, bien présent, pour y brancher un casque. C’est déjà cela !

© D.R.

Performances

Notre machine de test était dotée d’un excellent processeur : l’Intel Core i7 8550-U de huitième génération, dont la machine a d’ailleurs du mal à exploiter tous les cœurs et à déployer la puissance brute. Épaulé par 8 Go de RAM (ce qui peut sembler un peu juste, vu le prix et le standing de la machine), le couple technique permet toutefois de faire ronronner la bestiole en toutes circonstances, exceptées, bien sûr, le jeu vidéo graphiquement gourmand et le traitement 3D. 256 Go de mémoire de stockage, en SSD, sont intégrés. On dispose au final d’une machine parfaitement homogène sur le plan technique, capable d’avaler sans broncher les multiples tâches confiées usuellement à ce genre d’engin. Pas de chauffe désagréable ou de ventilateur trop audible à signaler.

Autonomie

Point crucial, sur un ultraportable à vocation forcément nomade. Et là, on est un peu obligés de sortir le bâton : le Spectre 13, dernière itération, est moins endurant que son devancier de 2016 ! Trop généreusement annoncé à 11 h 30 d’autonomie, nous ne sommes pas parvenus à dépasser les 5 h 30, Wi-Fi allumé, luminosité d’écran à fond, en lecture continue de vidéos stockées sur SSD de la machine… On est, pour le coup, très loin des performances de la référence du moment, le Dell XPS 13.

Verdict

Élégant, léger, robuste et bien conçu, le Hp Spectre 13 est à coup sûr une proposition à considérer si vous envisagez l’achat d’un ultraportable haut de gamme. Il faut toutefois tenir compte de ses péchés mignons, en l’occurrence une autonomie qu’on espérait meilleure et une connectique trop limitée. Mais la gamme Spectre peaufine encore sa réputation de PC’s bijoux, bien nés et difficilement déconseillables…