Consommation Nouveau sponsor des Diables, l’opticien veut aussi… tripler son nombre de magasins en Belgique.

La hype autour des Diables rouges ne fait pas seulement galoper les supporters au Heysel. Elle attire aussi une foultitude de sponsors. Dont un tout nouveau, venu de l’Hexagone, et qui dispose d’un passif certain dans le monde du football : Afflelou.

Négocié via Lagardère sport, le partenariat entre Alain Afflelou et les Diables est, nous dit la marque d’optique, "le début d’une belle histoire qui s’écrira au moins jusqu’à la Coupe du monde 2018" .

L’opticien français espère surtout travailler sur du long terme avec nos Diables… et le marché belge.

Afflelou et le ballon rond, c’est une longue histoire. Qui débuta en 1986, avec un premier partenariat à l’AS Monaco. Et trouva son paroxysme à Bordeaux, où l’entrepreneur né en Algérie il y a 69 ans présida aux destinées des Girondins entre 1991 et 1996 (soit avant que Marc Wilmots n’y sévisse, en 2000-2001).

Sous l’égide d’Affelou , les Girondins s’extirpèrent fissa de la D2 où ils venaient d’être relégués pour déficit budgétaire, et réalisèrent de notables performances sur le plan eruopéen, avec une finale (perdue) contre le grand Bayern d’Oliver Kahn et Lothar Matthaus en coupe UEFA. Parmi les ouailles d’Afflelou, sur le pré, à cette époque : un certain Zinédine Zidane, mais aussi Bixente Lizarazu ou Christophe Dugarry…

Tour à tour sponsor de Créteil, de Marseille, de Monaco (à nouveau) et du PSG, Afflelou est encore aujourd’hui à la Coupe de la ligue française ce que Croky est à notre Coupe de Belgique. La marque fut aussi associée au ballon ovale, à la voile et à Roland-Garros.

Dans la stratégie du groupe, le rayonnement de la marque a toujours été hyperimportant. Le budget pub et médias d’Afflelou, n° 3 de l’optique en France, pèse pour 8 % dans son chiffre d’affaires. C’est que l’enseigne n’hésite pas à faire tourner Sharon Stone dans ses pubs, avec Luc Besson derrière la caméra…

C’est pour asseoir sa visibilité en Belgique que le groupe Afflelou s’associe aux Diables, l’un des symboles les plus fédérateurs et positifs du pays. Concrètement, cela assurera à la marque une présence en panneautique au stade Roi-Baudouin. Mais lui permettra aussi de vendre des lunettes de soleil noir-jaune-rouge chez nous.

Bien sûr, Afflelou ne s’associerait pas aux Diables s’il n’avait pas un développement commercial à vendre derrière. Celui-ci est important : d’ici à trois ans, l’enseigne comptera 150 magasins sur notre territoire, qu’il occupe depuis une vingtaine d’années et, à ce stade, avec une cinquantaine de franchisés.

Le renforcement de l’internationalisation fait partie de la parade déployée par Afflelou, dont les positions sont mises à mal sur le marché français, où pullulent de nombreux opticiens discount…