Consommation Il vient de Nouvelle-Zélande, de Grande-Bretagne mais rarement de Belgique.

L’agneau se retrouve sur bien des tables lors des fêtes de Pâques.

"Cela représente entre 15 et 20 % du chiffre d’affaires annuel en fonction des magasins", explique Luc Janssens, directeur du Cora de Woluwe, en région bruxelloise. Makro évoque même un chiffre de 50 %…

Quoi qu’il en soit, l’agneau que vous dégusterez au cours des prochains jours a très peu de chances d’avoir grandi dans nos verts pâturages. "Nous ne produisons que 8 % de la viande d’agneau que nous consommons", déplorent les producteurs belges réunis au sein du Collège des producteurs. "Un taux d’auto-approvisionnement si faible ne permet pas de maintenir une relation de saine concurrence entre l’offre locale et l’offre importée. À titre de comparaison, l’Union européenne produit 85 % de la viande ovine qu’elle consomme".

Ce taux élevé s’explique par l’importante production de deux pays, à savoir la Grande-Bretagne et l’Irlande.

L’agneau en provenance de la Nouvelle-Zélande n’en est pas moins le plus fréquent dans nos assiettes, quelque 26 % de l’agneau consommé sur le marché belge venant d’Océanie, juste devant la Grande-Bretagne (25 %) et les… Pays-Bas (18 %). L’Irlande représente pour sa part 13 % des ventes.

Toutes les enseignes vantent bien entendu la qualité de leur agneau, qu’il vienne de Nouvelle-Zélande, de Grande-Bretagne ou d’Irlande. "Nous avons un excellent retour des clients", souligne Luc Janssens pour Cora, dont l’agneau provient de Nouvelle-Zélande. "L’Irlande est sans conteste la patrie de l’agneau artisanal", ajoute Marthe Mennes, porte-parole chez Makro. "L’agneau en provenance de Grande-Bretagne est tendre et juteux", remarque de son côté Julien Wathieu, porte-parole de Lidl.

"Nous nous fournissons à la fois au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande afin d’offrir une viande d’agneau irréprochable toute l’année", indique Hanne Poppe, de Colruyt, déclarant vouloir profiter de l’alternance des saisons entre les hémisphères nord et sud.

Reste que l’agneau néo-zélandais doit avaler quelques milliers de kilomètres avant d’arriver sur nos tables. "L’agneau vient par navire, ce qui fait que son empreinte écologique est plus basse que l’agneau britannique ou irlandais", assure Baptiste Van Outryve, porte-parole chez Carrefour. "Il n’est pas congelé mais réfrigéré, sous-vide".

Delhaize propose pour sa part de l’agneau celtique. "L’agneau provient d’Irlande et parfois d’Écosse, du Pays-de-Galles et de certaines régions d’Angleterre afin de pouvoir assurer un approvisionnement en viande de qualité tout au long de l’année", explique Florence Maniquet, porte-parole de Delhaize.

Cette proximité géographique permet en tout cas de proposer une viande extrêmement fraîche en rayon.

P.D.-D.