Consommation Mobistar TV (Orange TV bientôt) renaît de ses cendres, sur le câble, dès 39 €/mois. SFR, lui, remplace Numéricable Belgique !

La Belgique compte un opérateur fixe de plus. Une vieille connaissance, bigrement bien établie lorsqu’on parle de mobile : le futur-ex Mobistar, qui deviendra Orange d’ici la fin de l’année - comme en témoigne le pin’s Orange, déjà savamment chevillé au col du blazer du CEO, Jean-Marc Harion.

Mobistar, après l’échec commercial cuisant de son offre de télévision via satellite lancée en 2010 et rangée aux oubliettes en 2013, réattaque ce pan de marché dès ce 1er mars, à un prix (plus) sexy et avec une proposition technique plus fiable et insensible à la neige, misant sur l’essentiel plutôt que sur l’esbroufe et la multitude de services interactifs dont on n’a pas toujours besoin.

Au même moment, Numéricable Belgique devenait officiellement SFR chez nous (lire ci-dessous). La France s’empare donc, bien plus franchement, de nos Télécoms. Mais, malheureusement, pas (encore ?) avec les prix que peut afficher un Free dans l’Hexagone…

1. Mobistar TV, c’est quoi ?

Une offre dual-play : Internet + TV. Qui n’inclut donc pas la téléphonie fixe. C’est sur le câble tout juste régulé (et avalisé par la Commission) des Telenet, Voo et bientôt SFR que Mobistar fait transiter son offre de TV digitale.

2. C’est pour qui ? 

Pas pour tout le monde, et pas partout. Primo, l’offre est réservée aux seuls abonnés à la téléphonie mobile de l’opérateur qui Love, Work, Play. Deuzio, elle se cantonne, dans un premier temps, à une zone géographique restreinte : Etterbeek, Schaerbeek, Evere, Koekelberg, Jette, Ganshoren, Berchem Sainte-Agathe et Forest à Bruxelles (soit les communes de la capitale desservies par Telenet); Ottignies-Louvain-La-Neuve, Mons et Wavre en Wallonie; ainsi que Louvain et Alost en Flandre. Ce territoire, rikiki de prime abord, va toutefois très rapidement croître : "Nous couvrirons toute la Belgique d’ici fin 2016, rassure Jean-Marc Harion. Nous pourrions déjà le faire dès aujourd’hui, mais nous n’avons pas des milliers d’installateurs (plutôt des centaines), et nous préférons opter pour une arrivée crescendo sur ce marché, en privilégiant la qualité."

3. C’est combien ? 

Moins cher que ce qu’on a l’habitude de payer en Belgique, plus cher que ce qu’on peut payer en France. Deux tarifs coexistent. Les abonnés Panthère (les forfaits mobiles les plus costauds de Mobistar, à respectivement 45 ou 60 €) payeront 39 € par mois pour l’offre Mobistar TV. Seul Scarlet (avec 29 chaînes, une connexion Internet plus bridée mais la téléphonie fixe) et Numéricable-SFR boxent dans cette catégorie de prix. Les autres petits abonnés (Dauphin, Kangourou...) s’acquitteront, eux, d’une facture de 49 €. Un tarif TTC : la location du décodeur, du modem, la souscription au câble, sont inclus.

4. L’installation, puis-je m’en charger moi-même ?

Assez simple à réaliser, beaucoup pourraient… Malheureusement, ce n’est pas possible : le cadre régulatoire et les câblos imposent une installation certifiée par un technicien. Du coup, Mobistar TV exige une installation à 99 € et une activation à 50 €… qui, pour une période "indéterminée", sont offertes.

5. Quid de l’offre Internet ?

Mobistar TV promet un débit de 100 Mégabits par seconde (une option payante existe pour doubler ce débit). C’est trrrrrès confortable. Plus rapide que chez Proximus TV, limité au débit du VDSL.. En termes de volume, on parle d’illimité, si ce n’est par un fair-use de 500 Go par mois. Le modem Wi-Fi (double bande) est le même que chez Telenet.

6. Quid de l’offre télé ?

Oubliez les services connectés et convergents chers à Proximus, Voo et Telenet : ici, pas de service de vidéo à la demande, pas de contrôle depuis son smartphone, encore moins de Netflix, de cloud, ni de bouquets. En revanche, l’offre inclut un accès à 70 chaînes minimum (plus que feu Snow), la pause du direct, l’enregistrement (jusqu’à 4 programmes simultanés, sur un disque dur de 1 Tb - 1.000 Go) et le guide TV (illustré). L’interface, pensée par Zappware (à Hasselt) est fluide et jolie. L’image est , câble oblige, d’excellente facture (le décodeur émet en 1080p maximum). Basique, la télécommande répond vite. Le décodeur, sans affichage de la chaîne en cours de visionnage, est sobre et silencieux. Notez que Mobistar TV n’est pas un produit fini : l’offre de VOD, les services interactifs, éventuellement le foot belge ("puisqu’il s’agit désormais d’un marché ouvert, qui n’est plus exclusif") pourraient remplumer le tout en moins de temps qu’il ne faut pour dire Orange en lieu et place de Mobistar…

© DH

SFR Belgique : du vrai Triple-Play à 39 €

Ici, contrairement à Mobistar TV, la téléphonie fixe illimitée est incluse. Le piège ? C’est une promo… longue durée !

Si Mobistar attendra quelques mois avant de changer de nom et de devenir Orange, Altice n’a pas cette patience : le groupe à l’appétit dévorant a officiellement rebaptisé Numéricable (Belgique) en SFR, depuis hier matin. Eh oui, la Société Française du Radiotéléphone opère désormais en Belgique ! Plus exactement à Bruxelles (Bruxelles, Haren, Laeken, Neder-Over-Heembeek, Molenbeek, Saint-Josse, Anderlecht, Watermael-Boitsfort, Woluwe-Saint-Lambert), mais aussi à Wemmel, Drogenbos; ainsi que dans la botte du Hainaut (Chimay, Couvin, Beaumont, Erquelinnes, Sivry-Rance, Momignies et Froidchapelle); où Numéricable a conquis entre 100 et 150.000 foyers.

C’est la première fois que SFR sort de son territoire natal.

"Cela faisait longtemps que les consommateurs belges attendaient une offre qui vienne réveiller le marché local. Avec l’arrivée de SFR en Belgique, c’est désormais chose faite. Nous nous réjouissons de pouvoir proposer dès aujourd’hui cette offre tant attendue mais aussi d’accélérer la mutualisation des services Triple Play + Mobile grâce aux remises Multi-Packs. Notre objectif : faire bénéficier les clients SFR Belgique de l’expérience internationale du groupe Altice et des innovations du groupe SFR", détaille Sébastien Germain, de SFR BeLux.

Mais, concrètement, la marque, qui s’est offert Cristiano Ronaldo comme ambassadeur, propose quoi ? Sur le marché des packs, trois offres cohabitent. Elles placent toutes, en leur coeur, LaBox de SFR.

Tradition et particularité hardware très française, ce décodeur intègre le modem, un disque dur amovible et une foule de services connectés (comme Zive, le Netflix maison de SFR).

L’offre la plus sexy est sans conteste le pack LaBox white : du triple-play avec une connexion à 50 Mbps, plus de 100 chaînes et la téléphonie fixe avec appels illimités vers les fixes nationaux. Le tout pour 39 € par mois en guise de… promo longue durée : jusqu’au 31 janvier 2017, les nouveaux clients sont assurés de payer 39 € seulement. Gare toutefois : dès février 2017, le prix officiel du pack est de 54,90 €…

© DR

De Croo : "Trois opérateurs, c’est bien, plus, c’est encore mieux…"

Alexander De Croo (Open VLD), ministre des Télécoms et de l’Agenda numérique, présent à l’annonce de Mobistar hier midi, le concède : "Le secteur des Télécoms n’est pas un marché que l’on peut faire bouger rapidement. Il y a des régulateurs, des concertations… Mais je me réjouis de voir que le but de notre politique, qui est d’accroître la concurrence sur le marché, porte ses fruits. La naissance, ou plutôt la renaissance de Mobistar TV est en ce sens une excellente nouvelle. En gros, pour les offres fixes, il n’y avait que deux opérateurs jusqu’à il y a peu : Proximus et VOO/Telenet. Voici une troisième possibilité. J’espère qu’il y en aura d’autres. Pourquoi pas venues d’ailleurs? Trois opérateurs, c’est bien, plus, c’est encore mieux…"

Le ministre le concède aussi, cette régulation ne va pas encore assez loin. "C’est un très gros pas dans la bonne direction, mais il reste des choses à faire. Notamment rendre le passage d’un opérateur fixe à un autre beaucoup plus simple qu’aujourd’hui, à l’instar de ce qui se fait dans le mobile. C’est en ce sens que nous travaillons sur l’arrêté royal Easy Switch qui entrera en vigueur durant la seconde moitié de 2016."