Consommation Le prix de l’alimentation est moins élevé chez nos voisins. La différence est parfois énorme.

L’anecdote n’est pas neuve : à quoi reconnaît-on des clients belges dans les allées des supermarchés français du Nord de la France ? Aux caddies remplis de bouteilles d’eau.

Les années ont passé, mais le grand écart de prix entre la Belgique et la France pour les eaux minérales ou de source reste important.

La Cristaline, la plus vendue, revient à 0,11 euro le litre si vous l’achetez en France. C’est quasiment le double (0,19 euro le litre) si vous la prenez en Belgique.

Mais pour la grande distribution belge, la différence de prix ne se limite pas à l’eau. Elle concerne quasiment la panoplie complète des biens de consommation courante : même la bière brassée en Belgique est parfois moins chère outre-Quiévrain. Un comble.

Les causes sont connues. La grande distribution française possède un pouvoir d’achat tout autre que les enseignes belges. La concurrence est particulièrement vive entre les Auchan, Leclerc et autre Carrefour, ce qui pousse encore un peu plus les prix vers le bas. Le coût salarial est par ailleurs plus élevé en Belgique, ce qui se traduit logiquement dans le prix payé à la caisse.

Il n’en reste pas moins que les différences de tarifs sont parfois interpellantes. Que les fromages français soient moins chers en France, cela n’étonnera personne. Mais est-ce bien normal que le prix du Roquefort Société passe du simple au double en raison de la seule traversée de la frontière ? Et que dire des pâtes…

La comparaison effectuée en début de semaine sur base des prix hors promotions récoltés sur les sites internet de la grande distribution belge et française est purement indicative; les prix belges mentionnés sont à chaque fois ceux d’un distributeur spécifique, de même que pour la France, et non d’une moyenne globale.

Vous payez peut-être moins cher ou plus cher dans votre supermarché belge que le prix indiqué, et vous paierez peut-être (un peu) plus cher que le prix français mentionné dans le comparatif.

Ainsi, le prix d’un paquet de 500 gr de Barilla Penne rigate varie de 0,93 à 1,13 euro, selon l’enseigne française, contre 1,58 en Belgique.

La comparaison n’est pas toujours aisée : ce sont des raviolis Panzani pur bœuf en France et bolognese en Belgique. La composition semble néanmoins en tous points pareils.

Les noms sont différents, les conditionnements aussi. Pour la même marque, ce sont des mousses au chocolat belge en Belgique ou des mousses au chocolat en France.

C’est encore le cas du chocolat au lait avec noix entières Côte d’Or en Belgique et du chocolat au lait et éclats de noisettes en France. La bonne nouvelle, c’est que le chocolat belge est moins cher en Belgique.

Ce n’est pas forcément le cas de la bière. Vous pourrez trouver de la Hoegarden rosée à moindre prix en France, mais pas forcément. L’Affligem blonde est vendue à environ 3,80 euros le litre en Belgique, mais à 2,83 euros le litre en France. La différence ? Des bouteilles de 30 cl et un degré d’alcool de 6,8° en Belgique et des bouteilles de 25 cl et un taux d’alcool de 6,7° en France. De quoi justifier l’écart de prix ?

Quoi qu’il en soit , le constat est sans appel : que ce soit pour la liste des biens publiée ou pour bien d’autres produits consultés, le comparatif penche clairement en faveur de la France pour les biens alimentaires, avec des différences plus ou moins nettes. Et encore, on n’a pas mentionné le prix des vins et alcools, et même du diesel (parfois à moins de 0,97 euro)…

Mais de là à faire de longs kilomètres ?

© DR