Consommation L’augmentation pourrait atteindre près de 40 % cette année.

En raison de la sécheresse, la qualité des truffes s’annonce moyenne en Bourgogne où le manque d’eau ces derniers mois la rend encore plus rare.

"La terre est très dure, on voit qu’elle manque d’humidité." Et sans eau, la truffe ne se développe pas. "Voilà qui explique le peu de résultats qu’on peut avoir."

Et s’il y a bien quelques truffes à ramasser, les trufficulteurs s’inquiètent aussi de leur qualité. Pour s’assurer qu’une truffe reste de qualité, il faut qu’elle coule lorsqu’on la met dans l’eau. Or, cette année-ci, de nombreuses truffes flottent, ce qui est le signe qu’elles sont desséchées. La truffe de Bourgogne se négociait autour de 450 euros le kilo, l’an dernier et, faute de rendement et de qualité, les prix s’envolent cette saison, atteignant les 600 € en ces premiers jours de vente. On est certes encore loin des records d’il y a quelques années, où l’on a atteint les 800 €, mais il n’est pas impossible qu’on connaisse pareil scénario dans les semaines à venir.

(...)