Consommation Les achats en ligne sur les plateformes chinoises ont explosé l’an dernier.

Les consommateurs belges font de plus en plus souvent leurs courses sur des sites Internet chinois et y dépensent également plus d’argent. En 2016, le chiffre d’affaires des achats transfrontaliers en ligne des Belges sur des sites marchands chinois a augmenté de 63 %. Au total, les consommateurs belges ont dépensé 75 millions d’euros dans des webshops chinois, ce qui représente une moyenne de 2,7 millions de visites belges par mois. La Chine est surtout populaire pour l’achat de produits de télécommunication, d’informatique et d’électronique grand public.

Aliexpress, de loin le plus prisé, suivi de Lightinthebox et Dealextreme, sont les trois sites les plus visités, totalisant 42 millions de visiteurs belges et 85 % des achats chez les e-commerçants chinois.

"Les chiffres montrent clairement que le marché chinois a encore un énorme potentiel de croissance. À cause de la globalisation croissante, il devient plus facile de commander des produits dans le monde entier ", explique Carine Moitier, Managing Director de BeCommerce. "Si on ajoute à cela le fait que des plateformes telles qu’Alibaba ont des stocks quasiment inépuisables, avec une offre de produits à des prix souvent moins chers que leurs concurrents européens, on peut s’attendre à ce que cette tendance se prolonge dans les années à venir. "

Le commerce B2B n’est pas en reste, avec un chiffre d’affaires annuel de 100 millions d’euros en 2016 entre la Chine et la Belgique. D’ici 2020, on s’attend à ce que le marché B2B chinois en ligne génère deux fois plus de chiffre d’affaires que le marché B2C.

Pour l’ensemble de l’Europe, le cap d’un milliard de milliards d’euros est même envisagé. Plus que jamais, la Chine est l’un des partenaires commerciaux incontournables de l’Europe.

Le mercredi 26 avril, une délégation d’Alibaba viendra d’ailleurs pour la première fois en Belgique afin d’expliquer ses activités à notre pays, dans le cadre du premier BeCommerce B2B Summit.


Attention à la fausse bonne affaire

Acheter en Chine n’est pas sans risque. Mieux vaut donc transiter par les sites ayant pignon sur rue pour éviter toute mauvaise surprise. Si les prix sont généralement attractifs, fuyez cependant les tarifs ridiculement bas, qui cachent au mieux un article de mauvaise qualité, au pire une contrefaçon s’il s’agit d’un produit de luxe.

Par ailleurs, l’une des (récurrentes) mauvaises surprises des acheteurs européens sur les sites chinois, c’est la note plutôt salée dont ils doivent s’acquitter à la réception de la marchandise. Car ce qu’omettent bien des commerçants chinois, c’est de préciser qu’au prix affiché sur leur site, il faut bien souvent rajouter les (coûteux) frais de dédouanement et autres taxes (TVA en tête). Et cela peut vite rendre la bonne affaire nettement moins intéressante.