Consommation Le Wallon consomme plus de fromage que le Flamand. Les Français sont les champions.

Le gouda est le fromage préféré des consommateurs belges, qui mangent en moyenne 15 kilos de fromage, tous types confondus, par an.

La prédominance du gouda n’est pas en soi une surprise : la Belgique est un "pays à tartines", c’est ce qui explique le succès d’un fromage vendu essentiellement en tranches. Les fromages à pâte dure ou semi-dure représentent quelque 60 % de la consommation des ménages belges.

Et, comme souvent, il y a des différences Nord/Sud. "Les Wallons et les Bruxellois sont plus friands de fromage que les Flamands. Le Wallon en consomme en moyenne 3 kilos de plus que le Flamand. Ce chiffre passe à 2 kilos en Région bruxelloise", explique Hanne Poppe, porte-parole Chez Colruyt.

"On consommera davantage les fromages à pâte pressée au Nord, et notamment en tranches, beaucoup plus qu’au Sud du pays", ajoute Baptiste van Outryve, porte-parole chez Carrefour. "Les fromages à pâte molle, en revanche, souvent d’origine française, vont être préférés en Région wallonne."

"Une particularité amusante est la forte consommation de produits d’origine italienne (Mozza, Mascarpone, Ricotta, Parmesan, Grana, Provolone, Gorgonzola…), notamment dans les régions où l’immigration italienne a été forte, comme dans le Hainaut et la région anversoise", poursuit-il.

Avec 15 kilos par an , le Belge est loin d’être le premier de la classe. Le Français - est-ce vraiment une surprise ? - en consomme près de 26 kilos, selon les statistiques fournies par le groupe fromager Savencia (Père Joseph, Passendale, Caprice des Dieux, Saint Agur…).

"En France, c’est plutôt le pain qui accompagne le fromage alors qu’en Belgique, c’est le fromage qui accompagne le pain", souligne Hélène Scion, marketing manager pour la Belgique.

L’Allemand est également grand consommateur (24,3 kilos). Le dîner traditionnel se compose de tartines au fromage.

Si les Italiens consomment eux aussi beaucoup de fromage (20,7 kilos), c’est notamment pour accompagner les pastas et pizzas.

Le fromage râpé est d’ailleurs la deuxième gamme de produits la plus vendue chez Carrefour, "car les râpés rentrent en tant qu’ingrédients dans beaucoup de plats."

Le Belge ne jure pas que par le gouda. "Le client est aujourd’hui très sensible aux nouveautés dans les rayons", note Hanna Poppe.

Les espaces à la découpe des supermarchés accueilleront bientôt une nouveauté, le Pavé à la Leffe. C’est un segment qui marche très bien. "La progression des ventes des fromages d’Abbaye en Belgique est de plus de 5 %, contre 2 % pour les autres types de fromage", note Gwendi Hernalsteen, Group Brand Manager chez Savencia.

© DH

Le Pavé à la Leffe, ce n’est pas de la petite bière

Le Pavé à la Leffe, premier fromage à la bière sur le marché belge, sera commercialisé dès avril prochain dans les crémeries et rayons fromage de la grande distribution.

Il s’agit d’une belle innovation : le Pavé à la Leffe est bien un fromage à la bière, et non un fromage lavé à la bière (comme tel est le cas, par exemple, du Chimay à la Bleue).

"La Leffe entre dans la composition du fromage, à raison de quelques pour cents", explique Hélène Scion, marketing manager de l’entreprise fromagère Savencia. Il ne s’agit pas pour autant d’un fromage alcoolisé. "La fermentation consomme l’alcool de la bière", précise-t-elle. Au final, la teneur d’alcool est de 0,07 %.

"Avec ce processus, la saveur de la Leffe se retrouve dans l’ensemble du fromage", note encore Alexandra Van Impe, Marketing Manager Leffe chez InBev Belgique.

L’idée de ce fromage n’est pas neuve : elle est en fait née voilà deux ans à l’initiative du maître fromager de la fromagerie de Passendale appartenant à Savencia, un groupe dont le cœur de métier est de créer de l’innovation.

Elle se déclinera cette fois en Pavé à la Leffe Blonde et Pavé à la Leffe Brune. Le choix n’est pas innocent. La Leffe Blonde représente à elle seule 60 % des ventes de la gamme Leffe en Belgique.

Or, l’idée est bien entendu de conseiller/suggérer au consommateur d’associer le Pavé à la Leffe avec une bière Leffe, forcément. "La bière éveille les papilles gustatives et rince le palais, ce qui permet d’encore mieux savourer le goût du fromage", explique encore Alexandra Van Impe. "Bière et fromage sont une combinaison idéale", ajoute Gwendi Hernalsteen, Group Manager. "Ce mariage offre un équilibre gustatif parfait."

Vous pourrez, par exemple, tester la "combinaison idéale" à l’apéro, en proposant le Pavé en bâtonnets, par exemple.

C’est aussi la combinaison parfaite pour les "moments à soi" que vous pouvez vous offrir, après une longue journée de travail ou en regardant la télé. "Le consommateur apprécie de plus en plus de tels moments de dégustation en privilégiant le qualitatif au quantitatif. Avec le Pavé à la Leffe, nous répondons à cette tendance", reprend Hélène Scion.

Cette offre doit soutenir encore un peu plus les ventes de la gamme Leffe en Belgique, qui ont crû de plus de 10 % au cours des dix dernières années.

Pour vous mettre l’eau à la bouche

- Les Pavés à la Leffe seront dans un premier temps proposés uniquement à la découpe (dès avril, pour la Leffe Blonde et à partir d’octobre pour le Pavé à la Leffe Brune). Il est aussi prévu de le mettre en vente en self-service. Il reste à en définir les modalités.

- Le fromage est fabriqué uniquement à partir de lait belge.

- Le Pavé à la Leffe Blonde est affiné pendant 5 semaines dans une cave d’affinage (c’est 4 mois pour le Pavé à la Leffe Brune dont la croûte sera plus ambrée).

- La croûte peut être consommée.

- Des dégustations seront proposées dans la grande distribution.

- Le prix de vente recommandé sera de 19,90 euros le kilo, pour les deux offres.

- Le Pavé sera également proposé dans les établissements Horeca, pour soutenir le développement de ce concept fromage/bière.