Consommation La flexibilité chez Delhaize réserve des surprises, dénonce le syndicat libéral.

La discussion, en cours depuis la rentrée, n’a toujours pas abouti entre la direction de Delhaize et les syndicats.

Mais voilà, l’enseigne au Lion semble vouloir passer outre à ce blocage et confie des à présent des tâches de boucherie à des emballeurs et autres réassortisseurs, selon le syndicat libéral. C’est le cas dans le supermarché de la place Flagey à Ixelles (région bruxelloise), qui fait un peu office de magasin pilote.

"Nous avons demandé à notre personnel d’être plus flexible", rappelle Roel Dekelver, porte-parole de Delhaize Belgique. "Cela veut dire aussi que des membres du personnel iront aussi aider en boucherie".

"La confection du haché sera confiée à des non-bouchers, alors, qu’à la base, cette tâche est justement confiée à des bouchers", remarque Isabelle Janssens, secrétaire permanente au syndicat libéral (CGSLB).

"Le boucher restera le chef de la boucherie", nuance Roel Dekelver, tout en reconnaissant que certaines tâches doivent pouvoir être confiées à des non-bouchers, à savoir "des tâches très simples, assez basiques".

Les non-bouchers pourraient donc nettoyer l’espace boucherie, mais aussi réaliser certaines préparations, comme les schnitzel.

"C’est toujours un boucher qui coupera et préparera la viande", poursuit le porte-parole.

"De vrais métiers sont bradés", remarque encore Isabelle Janssens. "De plus, Delhaize se plaint de ne pas trouver de bouchers mais ne fait rien pour les garder".

Cette flexibilité traduit la volonté de la direction de Delhaize de ne pas voir une partie du personnel se tourner les pouces alors que d’autres départements ont besoin de renforts.

Cela coince sur certaines fonctions entre direction et partenaires sociaux.

"Dans le cas présent, les barèmes d’un boucher sont plus élevés que ceux des membres du personnel qui viendraient les aider", souligne encore la secrétaire permanente du syndicat libéral.