Consommation Dans la distribution, 50 % des ventes de Hoegaarden sont des bières aux fruits.

La Maes Radler Cactus est la dernière d’une gamme lancée en 2013 par la brasserie Alken-Maes, soucieuse d’élargir son offre de bières traditionnelles en proposant des produits peu ou pas alcoolisés.

La consommation de la traditionnelle pils ne cesse de baisser d’année en année, en faveur de bières d’abbaye ou des trappistes.

D’où l’idée de proposer de nouveaux produits se déclinant à partir de la bière qui reste, et de loin, la plus consommée par les Belges.

C’était donc le cas de la Maes Radler, une bière ne contenant que 2 % d’alcool agrémentée de jus de citron. "Avec ce produit, nous avons apporté quelque chose de nouveau au consommateur", souligne Jan Bosselaers, marketing manager.

Un consommateur sur deux est un amateur de pils et l’autre moitié vient du monde des soft drinks, selon Jan Bosselaers. De quoi justement élargir le public habituel.

La Maes Radler 0.0 % attire, quant à elle, un consommateur plus âgé que le consommateur Radler 2 %.

"Les gens sont amateurs de l’expérience bière mais pas nécessairement de l’alcool. C’est une tendance qui est de plus en plus visible", souligne pour sa part Korneel Warlop, porte-parole du brasseur AB InBev, qui a pris le train en marche mais a rapidement décuplé son offre via l’incontournable Jupiler mais aussi des variantes de la Hoegaarden Blanche ou Rosée.

"L’assortiment dans la gamme Hoegaarden est large et représente la moitié des ventes totales de la gamme dans la distribution. En tant que bière blanche, Hoegaarden contient déjà des saveurs d’orange et de coriandre, ce qui facilite le mélange avec des jus de fruits", explique Korneel Warlop.

Chez Alken-Maes, la gamme Radler représente environ 20 % des ventes de la Maes.

C’est dire si le créneau est porteur, même si la consommation globale reste modeste en Belgique : 2,1 % du total, contre 10 % en Allemagne et même 18 % en Espagne, où l’on a plus l’habitude, il est vrai des mélanges (c’est le cas du calimocho).

Avec ces bières peu ou pas alcoolisées (2 % d’alcool pour la Maes Radler contre 5,2 % pour la Maes traditionnelle), les brasseurs offrent également une alternative dans le cadre des campagnes destinées à réduire l’abus d’alcool.