Consommation L’Apple du café insiste : l’alu de ses capsules est un matériau durable. D’ailleurs, son rival L’Or Espresso vient d’y passer !

Dans l’équation du succès de Nespresso, leader de la vente de café en dosettes avec une distribution estimée à 4 milliards de doses individuelles vendues par an, il y a bien sûr une sélection poussée des meilleurs grains, énormément de marketing avec beaucoup de George Clooney, puis, l’objet capsule.

Colorée, brillante, la capsule a révolutionné, simplifié et individualisé la consommation de café dès la toute fin des années 80. Bémol : si le noir de jais de la capsule Ristretto et le violet de l’Arpeggio sont très jolis, l’aluminium qui encercle le café qu’elle contient a souvent suscité les foudres des défenseurs de l’écologie. Utiliser de l’aluminium pour une capsule à usage unique, ce n’est pas ce qu’il y a de plus vert… Et c’est encore plus visible depuis que le brevet d’exclusivité des capsules Nespresso est devenu caduc, et que la concurrence propose, tous azimuts, des cafés moins chers et enfermés dans des capsules plus vertes, notamment en plastique.

Face aux accusations , Nespresso a toujours légitimé son choix par un double argumentaire : primo, l’aluminium est, selon l’entreprise suisse, le meilleur matériau pour enfermer et conserver les arômes du café.

Secundo, et sur ce point Nespresso a raison : l’aluminium est l’un des rares matériaux recyclable pratiquement à l’infini, intégralement, et sans perte de propriété au travers du temps. Mais reste encore à faire en sorte que les millions de clients de l’Apple du café jouent le jeu, et participent au recyclage…

Depuis plusieurs années, Nespresso a boosté la communication autour de son programme Écolaboration, lancé en Belgique en 2009. Un sac de recyclage des capsules usagées, gratuit, peut être remis à tout moment en boutique Nespresso, dans un point relais UPS ou au livreur qui vient vous achalander en capsules. Bien, mais pas suffisant.

Constatant qu’en Allemagne, en Finlande ou en Suède, les capsules usagées peuvent être jetées dans le circuit de recyclage classique, partant du principe qu’en France les capsules peuvent être placées dans les poubelles jaunes (l’équivalent de nos sacs PMC), Nespresso Belgique, par la voix de sa directrice Brema Drohan, "souhaite rendre le processus de recyclage plus facile encore pour les consommateurs".

Et milite donc pour que les consommateurs belges puissent jeter leurs capsules dans le sac bleu.

Parallèlement, L’Or Espresso, rival n°1 de Nespresso dont les capsules sont disponibles dans la grande distribution, vient tout juste, lui, de passer de la capsule en plastique à la capsule… en aluminium. En se gardant bien de communiquer sur le volet recyclage de son nouveau produit…