Consommation Le Belge en consomme moins et se tourne davantage vers le hard discount.

La consommation de produits frais a enregistré une baisse de 2 % en volume au cours de l’année écoulée, d’après le baromètre établi par Gfk pour le VLAM, relayé par nos confrères de Gondola. Ce sont surtout les boissons lactées fermentées qui accusent le coup, avec une baisse des ventes atteignant 12 %.

En ce qui concerne les pommes de terre, on observe aussi une forte chute. Le Belge en consomme 24 kg par an. Mais si la vente des pommes de terre fraîches est en chute, elle est partiellement compensée par la progression soutenue des pommes de terre transformées. Au niveau des fruis, c’est le statu quo, tandis que les légumes sont en recul de 3 %. C’est surtout en grande distribution que le consommateur s’approvisionne (48 %), mais comme de manière générale dans le secteur du frais, le hard discount gagne des parts de marché (24 %).

Rayon viandes, malgré un recul de 5 %, la grande distribution reste aussi le canal d’achat numéro 1 (41 %), même si le boucher arrive en deuxième position et maintient son activité stable au fil des ans.

En ce qui concerne les volailles, lapins et gibiers, la consommation moyenne du Belge s’élève à 9,9 kg pour une dépense moyenne de 79 €, traduisant bien la suprématie du poulet, qui totalise à lui seul 85 % du volume total.

En matière de charcuteries, une fois de plus, le hard discount affiche de belles performances, avec 34 % de parts de marché, juste derrière la grande distribution (36 %). Le tout dans un marché qui a perdu 2 % sur l’année écoulée.

Rayon fromages, on observe une stabilité (hors fromage blanc : -6 %) et c’est la grande distribution qui reste leader (46,7 %) devant le hard discount (32,1 %).

Le lait reste une affaire de distributeurs, qui représentent 80 % du marché en marques propres. Il n’est donc guère étonnant de voir la grande distribution se tailler la part du lion (47 %), même si le hard discount n’a pas à rougir de sa deuxième place avec 38 % de parts de marché.

Enfin, avec 46,3 % du marché, la grande distribution reste leader des ventes de poisson, crustacés et fruits de mer (-3 % sur un an), loin devant le hard discount (20 %). Les poissonneries souffrent particulièrement, ne réalisant même plus 10 % de l’ensemble des ventes.

© dh