Consommation Selon les analystes, les ventes ont été bonnes ou mauvaises. Qui a raison ?

Ce samedi, c’est le dernier jours des soldes. Mais c’est déjà l’heure des bilans. Alors, les affaires ont-elles été bonnes pour les commerçants ? Apporter une réponse tranchée à la question semble impossible.

Selon le SNI, ce n’est en effet pas un bon cru, avec des ventes en baisse de 0,5 %. Et pourtant, avec un printemps maussade, les signaux étaient au vert pour réaliser de bons soldes. Si les deux premières semaines ne permettaient pas d’attirer le chaland en raison d’une météo toujours capricieuse, les deux dernières ont été marquées par le retour du soleil et auraient donc dû permettre de combler le retard. Ce qui ne fut pas le cas selon le SNI. Les attentats, le lockdown et, corollaire, le succès des webshops explique en partie le maigre bilan affiché par les magasins physiques.

Mais, à l’inverse , Comeos dresse un bilan nettement plus flatteur, se soldant sur une augmentation des ventes de 2 %. Même si le bilan est partagé pour les deux premières semaines, qui ont eu du mal à attirer le client, le rattrapage s’est effectué par la suite, surtout dopé par les grosses réductions (de -50 à -70 %). Contrairement aux idées reçues, pointe Comeos, ce ne sont pas les femmes qui se sont ruées sur les bonnes affaires. Les articles pour hommes et pour enfants ont en effet été les plus prisés.

Alors, au final, qui a raison ? Est-ce l’échantillonnage des sondés qui a différé entre le SNI ou Comeos ? Est-ce le pessimisme qui habite souvent les détaillants qui les a poussé à noircir le tableau ? Difficile de se faire une idée claire, mais une chose est certaine, il y aura encore de bonnes affaires à effectuer en ce dernier jour de soldes.