Consommation Lidl et Aldi attirent près d’un Belge sur cinq dans leurs supermarchés.

S’il n’existe officiellement aucune statistique sur les parts de marché des acteurs de la grande distribution en Belgique, Gondola récolte cependant chaque année ces données souvent confidentielles auprès des enseignes et via tout autre canal afin de dresser un panorama aussi fidèle que possible du poids des uns et des autres sur ce marché hyperconcurrentiel. Si Colruyt reste toujours en tête, la bagarre est plus que jamais lancée dans son sillage. D’une part, avec la constitution toute fraîche du groupe Ahold Delhaize, mais aussi avec la croissance toujours plus importante du segment du hard ou smart discount.

En effet, Gondola révèle que ces deux chaînes représentent aujourd’hui une part de marché de 17,1 %. Et rien ne semble indiquer qu’elle est amenée à faiblir ou même stagner. Aldi vient de frapper un grand coup en introduisant des produits de marque nationale dans son assortiment, ce qui constitue une petite révolution pour un distributeur présent en Belgique depuis plus de 40 ans et qui a toujours misé sur des produits de marque propre.

Lidl, avec une part de marché de 8,1 %, nourrit aussi de grandes ambitions en lorgnant vers les 10 % d’ici 2020. Pour y parvenir, pas moins de 500 millions d’euros seront investis endéans les cinq ans pour ouvrir 50 nouveaux magasins, ce qui générera à terme quelque 2.000 emplois. "Le secteur du discount a fortement évolué ces dernières années", explique Julien Wathieu, porte-parole de Lidl. "Le credo reste le même : proposer des produits au meilleur prix, mais sans concession sur la qualité. Notre croissance a été portée par notre développement, bien sûr, mais aussi par notre faculté à répondre à la demande du consommateur. Notre assortiment s’est ainsi élargi au fil des ans pour compter, aujourd’hui, 1.800 références et nous comptons bien les maintenir. Notre grande force, c’est le canal du frais, que ce soit avec la viande (100 % belge à deux exceptions près), les fruits et légumes (50 % belges), le poisson ou, plus récemment l’introduction de produits de boulangerie cuits en magasin."

Lidl a aussi voulu améliorer l’expérience shopping "en revoyant la présentation commerciale, même si notre modèle reste une présentation sans fioritures. Nos magasins sont aussi plus grands. À l’origine, la surface moyenne d’un point de vente était de 800 m2, souvent agrandie à 1.000 m2 désormais et, à l’avenir, nous viserons même les 1.400 m2 là où c’est possible. Toutes ces améliorations ont convaincu au fil des années de nouveaux clients, provenant de toutes les classes sociales. C’est l’ensemble de ces facteurs qui a changé l’image et fait le succès du smart discount."