Consommation

Cela n’a pas pu échapper aux adeptes de la mode : en cette période qui reste estivale, les mini-shorts connaissent leurs heures de gloire dans les villes du pays.

Un succès qui s’étend, à écouter l’historienne de la mode française Catherine Örmen, de New York City aux plages européennes. Sans passer par Paris, toutefois, estime l’historienne, où "ce sont surtout les touristes qui le portent".

Cette mode ne date pas d’hier. "Elle a connu une percée dans les années 70, à l’époque où les hot pants accompagnés de talons compensés ont émergé", se rappelle Catherine Örmen. "On a aussi vu, alors, l’apparition de salopette-short qui connurent aussi leur époque de gloire."

Faite de va et de vient, la mode vécut ensuite la disparition de ces courtes étoffes de tissu qui ressortent maintenant "depuis 1 à 2 ans", selon certains, même si pour d’autres spécialistes de la mode, les mini-shorts n’ont jamais quitté la garde-robe des demoiselles. "C’est moins une question de mode qu’une question d’âge", nous dit ainsi une fameuse journaliste belge de la mode. "Là où une gamine de 18 ans peut se le permettre, une femme l’osera moins."

C’est que pour porter ce bas riquiqui, nos interlocutrices sont d’accord : "Il faut un physique irréprochable." "Sinon, ça peut desservir celle qui le porte", pointe l’une d’elles. Et puis, avec "cette pièce très sexy", mieux vaut avoir "un côté innocent", note-t-elle encore.

Ces spécialistes des habits se mettent d’ailleurs d’accord à l’heure de rhabiller les jeunes filles qui arborent leurs mini-shorts parfois très court.

"Avec un tel habit en bas, on fait plutôt profil bas sur le haut", juge l’une d’entre elles. "C’est à ne pas combiner avec un décolleté", insiste une autre. Tout est dans le message que l’on envoie, soulignent-elles. Et "il faut être capable de faire face à ce message", nous dit-on.

Le "phénomène" - le mot est d’une styliste - ne semble pas prêt de s’arrêter. Il plaît aux plus jeunes mais se porte plus rarement au-delà de 25 ans. "J’en mettrais bien mais j’ai passé l’âge", nous dit Constance, 48 ans, une maman que nous avons croisée. Avant d’avouer : "J’en ai un, mais je ne le mets que chez moi."

"On pourrait imaginer que des femmes plus mûres le mettent mais elles doivent être sûres de leur physique", note la journaliste belge. "Il faut de très belles jambes pour en porter", acquiesce Cathy Pill, cofondatrice du site musestyle.be qui ouvrira le mois prochain. "Le mini-short est arrivé avec la mini-jupe et se porte aussi bien l’été que l’hiver."

Alors il se met avec des collants de couleurs ou des leggings, comme les aiment les adolescentes. Tour à tour sexy, vulgaire, casual voire chic, le mini-short est donc mis à toutes les sauces, été comme hiver. À chacune de trouver la sienne.