Consommation

Avec une offre bien ficelée, correctement tarifée et techniquement avancée. Assez pour allonger Belgacom TV ?

Mobistar intéressé par les droits télé du foot

BRUXELLES “Nous ne sommes plus seulement un opérateur mobile.” Benoît Scheen, CEO de Mobistar, donne le ton. C’est qu’il y a de quoi opiner du chef : jusqu’ici exclusivement centré sur la téléphonie et Internet, le deuxième opérateur du pays vient d’élargir son champ d’activité. De bien belle manière.

Comme prévu, c’est sur nos petites lucarnes que la filiale de France Télécom compte mettre le grappin. Alors, scepticisme ou agréable surprise ?

Décortiquons ce qui, sur le marché télécoms belge, n’est rien moins qu’une bambinette .

La philosophie. Mobistar TV permettra aux clients “de choisir eux-mêmes ce qu’ils veulent regarder, où et quand ils le veulent”, dixit Benoît Scheen . On sait qu’on ne regarde plus la télé comme avant. Mobistar s’inscrit dans cette lignée. Bien, mais il n’est pas le seul.

La technique. Lorsqu’on arrive après les autres, il faut débarquer avec un produit techniquement abouti. Gagné : le décodeur signé Sagem, d’un blanc immaculé iPodéen , a de quoi faire la nique aux box de ses concurrents. Du moins sur papier. Déjà, son disque dur, doté d’une confortable capacité de stockage de 320 Go, est amovible. Une première. Aussi et surtout, l’engin est, nous jure-t-on, ce qui se fait de mieux pour relayer un signal Full HD (mais soyons précis, du Full HD formaté TV, soit un signal 1080i, et non 1080p, comme peut en transporter un Blu-ray) et même 3 D. En termes de réception de signal, Mobistar innove, puisque le décodeur est hybride. Il est capable de capter les signaux de télévision satellitaires (via DVB-S, pour les chaînes TV), terrestres (DVB-T, en moins barbare, la TNT) et IPTV, via ADSL. À l’instar des dernières avancées de Belgacom TV, il sera possible de programmer, enregistrer et même regarder des programmes à distance, via son smartphone. Mieux encore : ledit smartphone devrait pouvoir faire office de télécommande !

La couverture. Vu le mode de transmission satellitaire du signal, point d’exclusion ici : tout le territoire belge est couvert.

L’interface. Code parental, pause du direct, enregistrement, retour en arrière, guide TV, VOD. Elle est moderne et complète.

L’offre TV. Elle est très touffue : pas moins de 500 chaînes, TV (HD incluse) et radio.

Le prix. Mobistar TV sera accessible, dès ce 8 octobre, dans les 160 Mobistar Center et sur Internet, par le biais de la formule Starpack. Soit un pack multiple-play de 55 euros par mois qui comprend la télé , un accès illimité à l’internet fixe , un abonnement de 12 mois à l’internet mobile et enfin la téléphonie fixe , avec 40 heures d’appel fixe.

L’installation. Le système, satellitaire, nécessitera une installation spécifique, assurée par Mobistar. C’est plus coûteux (120 euros), et plus contraignant, sur le plan pratique. La bonne nouvelle : via l’offre Starpack, cette installation est offerte. La mauvaise : les frais d’activation de service de 50 euros, eux, ne vous seront pas épargnés.

Conclusion. Voilà une offre a priori solide, correctement (et même compétitivement) tarifée et techniquement à la pointe, pourvu que, sur le terrain , tout ceci soit fluide et réactif. Seul bémol : il manque à Mobistar TV une valeur ajoutée que Voo et Telenet trouvent dans les chaînes à péage BeTV et Prime, et que Belgacom TV déniche dans la Jupiler League. Mais le contrat s’achevant en juin 2011, les droits du foot se négocieront bientôt. Mobistar pourrait (sans doute pas tout seul) y abattre une jolie carte. Intéressé ? “Oui, mais pas à n’importe quel prix.” C’est dit. Pas trop fort. Mais bien dit…



© La Dernière Heure 2010