Consommation

Chaque semaine, retrouvez les judicieux conseils de Julie Frère (Test-Achats) qui répond aux questions que vous posez ! Trois thèmes, trois questions très précises avec une approche claire, didactique et éclairante. Cette semaine on parle funérailles écologiques, panneaux solaires et musique digitale.

1er cas - Existe-t-il des funérailles écologiques ?

De nombreuses entreprises proposent des forfaits de funérailles écologiques. Pour limiter la pollution de vos obsèques, vous avez plusieurs options.

- La crémation émettrait 10 % de CO2 en moins que la mise en terre, selon une étude australienne. Elle requiert plus de dépenses énergétiques qu’un enterrement, mais l’entretien des cimetières est énergivore. Il est bien sûr important que le crématorium soit équipé de filtres réglementaires pour ne pas augmenter la pollution de l’air. On peut aussi opter pour une urne peut biodégradable (en jute, en bambou, en fécules de maïs, etc.).

- La tenue du défunt se fera de préférence avec des vêtements en matières naturelles et sans chaussures.

- Le choix du cercueil est essentiel. Il existe des cercueils en cellulose (carton), amidon (de maïs ou de pomme de terre) ou en osier, avec poignées en éléments végétaux qui se dégraderont rapidement et sans pollution, ou qui brûleront vite. Ceux-ci sont aussi bien moins onéreux qu’un cercueil en bois. Malheureusement, ils sont interdits en Région wallonne... Si vous choisissez du bois, préférez du bois plein labellisé PEFC ou FSC, non traité et sans accessoires en métal. Optez pour un bois commun comme le pin ou le peuplier. Pour les garnitures intérieures, choisissez des capitons en produits naturels biodégradables plutôt que des fibres synthétiques (c’est d’ailleurs obligatoire en Région wallonne). Une mise en terre en linceul sans cercueil est aussi possible.

- À éviter ou limiter : les ornements floraux, vu leur haut impact environnemental, et la thanatopraxie (soins de conservation pour repousser la décomposition). Lorsqu’elle est brûlée, la dépouille traitée dégage des émissions toxiques et des dioxines.

Enfin, vous pouvez équilibrer le bilan carbone de vos obsèques en faisant planter des arbres pour compenser les émissions produites.


2e cas - Avec des panneaux solaires, je renonce à mon tarif bihoraire ?

Il faut voir à quel point vos panneaux photovoltaïques couvrent votre consommation électrique annuelle. Si vos panneaux couvrent 100 % de votre consommation, optez pour le tarif normal. En effet, l’index du compteur va tourner à l’endroit et à l’envers pendant l’année pour arriver à une consommation nulle, alors que si vous gardez votre tarif bihoraire vous aurez deux index. L’un tournera en journée en semaine (au tarif de pointe, plus élevé) et l’autre tournera la nuit et le week-end (au tarif plus bas).

Comme l’index de pointe porte sur 5 journées, alors que l’index hors pointe ne porte que sur 2 journées, le photovoltaïque fera plus souvent reculer l’index de pointe. Or les kWh négatifs ne vous donnent droit à aucun remboursement. Vous devrez donc faire fonctionner plus souvent vos appareils le jour pour équilibrer exactement les deux index. Un tracas dont vous pouvez vous passer tout simplement avec le tarif normal.

Si vos panneaux couvrent moins de 70 % de votre consommation , gardez votre tarif bihoraire. Vous diminuerez votre facture en consommant sur le tarif hors pointe, qui est moins coûteux. Vous devrez de temps en temps contrôler votre compteur pour vérifier que l’index de jour n’avance ou ne recule pas trop. Si c’est le cas, vous devrez utiliser respectivement moins ou plus d’appareils en journée en semaine. Mais même si vous avez quelques kWh négatifs au tarif de pointe, ne vous inquiétez pas : le tarif bihoraire reste généralement plus avantageux que le tarif normal. Si vos panneaux couvrent plus de 70 % de votre consommation, passez au tarif normal. Vous pourriez tenter d’équilibrer les index du compteur bihoraire, mais ce sera vraiment compliqué et le gain apporté par le tarif bihoraire sera moins important puisque l’essentiel de votre consommation sera couvert par vos panneaux. Pour votre confort, optez pour le tarif normal.

Comment changer de tarif ?

Si vous le préférez, vous pouvez choisir d’attendre un an pour évaluer comment vous parviendrez à équilibrer vos consommations de pointe et hors pointe, et changer si nécessaire de tarif. Pour rappel, quand on a une installation photovoltaïque, i l est fortement conseillé de changer de tarif à une date proche du relevé annuel des index, afin d’éviter de perdre de la production suite à un relevé intermédiaire. C’est une règle qui prévaut aussi pour le changement de fournisseur. Consultez notre calculateur des tarifs de l’électricité (www.testachats.be/comparergazelectricite ) pour simuler votre situation, avec ou sans bihoraire, et savoir quel tarif choisir.

3e cas - Comment sauver mes playlists en changeant de service en ligne ?

© REPORTERS

Il arrive qu’on ait envie de changer de service musical en ligne, soit parce que certains artistes ne sont pas présents sur celle qu’on utilise, soit parce qu’un autre service permet une meilleure connectivité avec certains appareils… Mais on est parfois retenu par la peur de perdre ses playlists.

Effectivement, aucun service musical ne propose d’exporter ses playlists vers un autre et nul n’a envie de les reconstituer en passant des heures à rechercher artiste par artiste… Pour conserver vos playlists, vous devrez faire appel à un autre service, comme http://freeyourmusic.com . Il est gratuit pour le transfert d’une playlist de maximum 10 chansons par session… Mais quelle playlist en contient seulement 10 ? La version payante coûte 8,99 euros, pour iOS ou pour Android. Il existe une version combinée iOS et Android, qui coûte, elle, 12,99 euros.Un autre service existe, mais uniquement pour passer de Spotify à Deezer : http://spotizr.com . Il permet, en quelques clics, d’importer n’importe quelle playlist Spotify directement vers Deezer. Seule limite : la taille maximale des playlists de Deezer est de 400 morceaux. Si vous exportez une playlist plus longue, elle ne contiendra que 400 morceaux.


© D.R.