Consommation

Julie Frère, la porte parole de Test Achats, vous livre des conseils pour la vie de tous les jours.

1. Labos médicaux: des frais injustifiés?

Le médecin de monsieur Q. demande une analyse de sang. Quand le patient reçoit la facture du laboratoire, il constate qu’en sus du ticket modérateur on lui réclame un supplément de 8 euros. Inacceptable, estime-t-il.

Avant de consulter un médecin, vous pouvez déterminer s’il est conventionné ou non. Mais quand le médecin envoie un échantillon de votre sang à un laboratoire, c’est le mystère le plus total.

Si les analyses sont faites par un spécialiste en biologie clinique qui n’adhère pas à la convention, un supplément peut vous être facturé. Or vous ne pouvez pas vous-même choisir le laboratoire ni celui qui analysera l’échantillon.

Pour la même analyse, certains devront donc payer un supplément d’honoraires, d’autres pas.

Diverses propositions ont déjà été faites pour remédier à cette situation, de l’autorisation de suppléments uniquement si le patient en a été préalablement informé à leur interdiction pure et simple. Des propositions de loi ont été introduites, mais à ce jour aucune n’a abouti.

La tentative la plus récente date de 2016, avec un projet d’arrêté royal réglementant de manière un peu plus restrictive les suppléments d’honoraires que pourrait réclamer un laboratoire. Mais au moment où nous écrivons ces lignes, cet arrêté royal n’est toujours pas entré en vigueur.

2. Du métal dans le micro-ondes?

On dit de ne jamais mettre de métal dans un four à micro-ondes, mais le mode d’emploi du four de monsieur C. dit de mettre une cuillère dans le récipient pour chauffer un liquide…

On dit souvent que toute introduction de métal est à proscrire, celui-ci pouvant provoquer des arcs électriques et des étincelles. Mais quand on consulte les modes d’emploi, on constate que ce n’est pas une règle absolue : une cuillère en métal dans un liquide répartira mieux la chaleur, les plats préparés en barquette aluminium peuvent être réchauffés si la barquette est suffisamment pleine, on peut protéger les ailes d’un poulet avec du papier alu, certains fours sont fournis avec des accessoires spéciaux en métal, etc.

Il faut cependant veiller à maintenir une distance d’au moins 2 cm entre le métal et les parois du four. La forme de l’objet aussi joue un rôle. À la différence d’une cuillère, les dents d’une fourchette par exemple facilitent beaucoup les arcs électriques.

Une feuille d’alu n’entraînera pas de problèmes pour autant qu’elle soit bien repliée contre l’aliment, mais gare aux bords relevés. Il est vrai que les manuels se contredisent souvent.

Les fabricants devraient uniformiser leurs recommandations; ce serait plus clair pour les utilisateurs.