Consommation C’est ce qu’annonce une association allemande de défense des consommateurs. Plus de lait, plus de sucre, moins de graisse…

Le Nutella reste la pâte à tartiner préférée des Belges. À l’instar du Coca-Cola, sa formule reste cependant bien gardée, même si elle est adaptée en fonction des pays afin de coller au mieux aux goûts régionaux. Noisettes, sucres, graisses (dont la très controversée huile de palme qui n’a pas toujours fait la meilleure des publicités à la marque du groupe Ferrero), poudre de lait et divers autres composants : la base reste certes la même, mais quelques variantes ou proportions sont possibles d’un pays à l’autre.

Reste que, pour l’amateur de la sacro-sainte marque, il est impensable de toucher à cette formule !

Alors, la découverte de l’association de défense des consommateurs allemande Verbraucherzentrale Hamburg a rapidement fait tache… d’huile bien au-delà des frontières d’outre-Rhin.

Selon Verbraucherzentrale Hamburg , Ferrero aurait en effet modifié la composition du Nutella, sans en faire la moindre publicité.

C’est en premier lieu à la couleur de la célèbre pâte à tartiner que l’association se réfère, la jugeant plus claire qu’auparavant.

En analysant l’étiquette, et donc la composition annoncée, Verbraucherzentrale Hamburg relève ainsi qu’il y aurait désormais 8,7 % de lait écrémé en poudre dans la composition du Nutella contre 7,5 % auparavant.

D’où sa couleur légèrement plus claire. Ensuite, la teneur en sucre a aussi évolué. Elle s’élèverait à 56,3 % contre 55,9 % avant. En revanche, du côté de la teneur en graisse, c’est une légère baisse qui est annoncée passant de 31,8 % à 30,9 %.

Quant à l’huile de palme (durable, précise Ferrero), elle reste incontournable et est donc toujours bien présente.

Alors, la question que se posent les amateurs belges de Nutella est logiquement de savoir si la composition de leur pot a, elle aussi, changé.

Si Ferrero a refusé de commenter l’analyse de Verbraucherzentrale Hamburg, une simple visite sur le site de Ferrero Belgique permet de constater que les teneurs annoncées par l’association allemande sont, au milligramme près, les mêmes que celles qui composent un pot de Nutella vendu en Belgique.

De là à dire que le Nutella belge a aussi changé en toute discrétion, il n’y a qu’un pas…