Consommation Lidl et Aldi attirent de plus en plus le consommateur belge, conscient que qualité peut aussi rimer avec prix réduits.

En matière de produits frais, la grande distribution classique (supermarchés et hypermarchés) se taille toujours la part du lion avec une part de marché de 46,3 %, en légère progression par rapport à l’année passée (46,1 %). Mais les hard discounters (ou smart discounters comme on appelle désormais les distributeurs tels que Lidl), affichent une très belle progression d’année en année, avec près de 20 % de parts de marché, alors qu’ils n’en étaient qu’à 15 % en 2008.

Le Belge semble visiblement attentif à son budget en matière d’achats alimentaires. En termes de visites en magasin, on observe aussi une baisse de la fréquentation, avec en moyenne 146 visites par an contre 185 en 2008.

Les détaillants spécialisés, en dépit d’une offre toujours plus importante et de nombreuses ouvertures l’an dernier, enregistrent la plus grosse baisse de fréquentation (-5 %). Ce qui ne veut pas dire que les magasins de proximité sont en première ligne de ce désintérêt puisque les circuits courts (magasins à la ferme et marchés fermiers), peuvent se réjouir d’une augmentation de la fréquentation d’achat. Preuve s’il en est de la volonté des consommateurs de contrôler ce qui atterrit dans leur assiette.