Consommation

À l'heure où l'on parle de chute du prix du baril de pétrole et de prix records à la pompe, comment s'y retrouver?

Le prix du baril de pétrole a connu de brusques mouvements ces derniers temps. Alors que le Brent avait atteint un sommet annuel de 86,74 dollars le 3 octobre dernier, il ne vaut plus que 70,82 dollars aujourd’hui. Pourtant à la pompe, le prix maximum du diesel a dépassé 1,6€/litre, tandis que l'essence (E10) oscille entre 1,455€/litre et 1,552€/litre. 

Concrètement, que paie-t-on dans un litre de carburant? Où va l'argent que l'on injecte à la pompe, en faisant le plein? Selon les chiffres de la Fédération pétrolière belge, on constate que la marge empochée par l'État sur le litre de carburant dépasse les 50%. C'est le cas à la fois pour l'essence (57%) et le diesel (54%), en calculant la somme des accises et de la TVA (21%). La moitié du montant payé à la pompe est donc récupéré par l'État belge. 

© L.DC

"Aujourd'hui, manifestement, c'est l'Etat qui est le grand gagnant au niveau des stations services, puisqu'il y a toutes ses rentrées accises, TVA qui ont atteint des sommets et qui dépassent les 50% du prix unitaire. Le gouvernement a toujours dit depuis le début de cette législature que, il voulait atteindre le niveau d'accises du diesel à celui de l'essence. C'est fait depuis le 19 juillet", analyse Olivier Neirynck, de la fédération belge des négociants en carburants, auprès de nos confrères de RTL Info.

Pour les caisses de l'État, ce sont 6 milliards d'euros perçus par an, toujours selon RTL, avec 5 milliards en ce qui concerne les accises et 1 milliard pour la TVA.