Consommation

Le duopole câblos-Proximus, plus vivace que jamais, est dans le viseur. Une série de mesures vont être prises pour doper (enfin) la concurrence...Et favoriser l'arrivée d'un nouveau joueur ?

Le canevas est connu, et dénoncé depuis longtemps : le marché fixe des télécoms (Internet, télévision digitale, ligne fixe dans une moindre mesure), en Belgique, est ceinturé par un duopole qui ne permet pas l’établissement d’une vraie concurrence. Les cablôs d’un côté (Telenet et VOO - Nethys, Brutélé), Proximus et sa paire cuivrée de l’autre; détiennent une position à ce point dominante sur notre marché que la Belgique est un des seuls pays où le prix des packs... augmente chaque année.

Ce constat, unanime, est appuyé aujourd’hui par un acteur de poids : la CRC, à savoir la Conférence des régulateurs des télécommunications et des médias. Constituée des quatre gendarmes du secteur : l’IBPT, le CSA et ses pendants germanophone et néerlandophone : le Medienrat et le VRM.

C’est un bilan cinglant, que livre l’organisme : “il ressort d’une analyse approfondie que les marchés de l’Internet haut débit et de la radiodiffusion restent caractérisés par une situation cincurrentielle décevante. Les objectifs du cadre réglementaire (assurer un bénéfice maximal pour les utilisateurs en termes de choix, de prix et de qualité) ne sont toujours pas atteints. Il y a des barrières à l’entrée (notamment la nécessité de disposer d’un réseau), les grands opérateurs ne sont pas incités à se faire concurrence (les prix augmentent) et, sans régulation, il y aurait encore moins de choix pour les utilisateurs”, poursuit le quatuor.

Pour redresser le tir, les quatre régulateurs ne se contentent pas de maintenir le cadre actuel, avec, notamment “l’obligation d’accès aux réseaux de Proximus, Telenet, Brutélé et Nethys au bénéfice des opérateurs ne disposant pas d’un réseau fixe.”

Ils vont bien plus loin, contraignant Proximus et les câblos (seuls à disposer d’un réseau physique) à diminuer leurs prix et assouplir les règles de collaboration avec tout opérateur tiers désireux de “monter” sur le câble, le réseau VDSL ou même la fibre optique - au grand dam de Proximus ou VOO.

La décision prévoit entre autres que les tarifs “de gros” (les prix payés par les opérateurs alternatifs à Proximus ou aux câblo-opérateurs) diminueront, “dans certains cas jusqu’à 20%” et ceci, à partir de août 2018. Les régulateurs entendent aussi encourager ce qui constitue un gros déficit actuellement dans le paysage des offres télécoms belges : l’émergence d’offres Internet-only. Ils le feront en contraignant les câblo-opérateurs à “donner accès à un service haut débit individuel, et ceci indépendamment de leur service de télévision”. Cette mesure permettra, par exemple, à Orange (seul opérateur à être monté sur le câble régulé) de vendre une offre Web-Only, là où, pour l’instant, elle est contrainte de commercialiser la télévision digitale avec...

Enfin, la régulation sera “sera en partie allégée dans les zones actuellement moins bien pourvues en infrastructures à haut débit” - ces zones représentent environ 5% des ménages en Belgique. “De cette manière, les opérateurs sont incités à investir dans ces zones. Cette mesure bénéficiera en particulier aux utilisateurs qui vivent dans les zones rurales, notamment en Wallonie et dans les cantons de l’Est. La CRC a adopté des mesures pour stimuler l’investissement dans ces zones rurales.”