Consommation

Les taux restent bas, les prix grimpent et les prêts se complexifient

BRUXELLES Après une année 2011 particulièrement faste (de nombreuses aides arrivaient à leur terme), 2012 affiche une certaine stabilité sur le marché. Avec des nuances selon les Régions.

Globalement, pour la Belgique, une maison qui coûtait 214.681 € en 2011 était affichée à 226.681 € en 2012, selon la Fédération royale du notariat belge.

Heureusement, les taux d’intérêt restent à l’avantage des acheteurs avec 3,68 % de moyenne sur l’année. Cela dit, et ce n’est plus une nouveauté : les banques conditionnent davantage leurs prêts hypothécaires. La peur de la crise, les taux d’intérêt bas et l’endettement des Belges expliquent partiellement ce choix.
L’association professionnelle représentative du secteur du crédit aux particuliers, l’UPC, remarque ainsi, de 2011 à 2012, une baisse de 34 % du nombre de crédits hypothécaires octroyés. Et une baisse du montant octroyé de 14 %. La même tendance est visible concernant les autres types de crédit.

Quelle solution reste-t-il pour acheter ? Se tourner vers les fonds du logement, par exemple. Et encore… En Wallonie, le nombre de crédits octroyés est, lui aussi, en baisse (voir tableau ci-contre).

Tant le Fonds du logement, consacré aux familles nombreuses, que la Société wallonne du crédit social (SWCS) voient leurs activités freinées. Plusieurs raisons expliquent ce constat : la crise, les taux en banque, l’endettement, le fait d’octroyer moins de prêts, mais d’augmenter leur montant,…

Et l’arrivée des écoprêts. Octroyés dans le but de rendre le logement moins énergivore, leur nombre a grimpé en flèche : la SWCS en a accordé 1.821 en 2012, contre 421 l’année précédente. La fin de certaines aides, en 2011, ne doit pas y être étrangère.

Seule exception : Bruxelles. Où une fois encore, et le discours concorde avec celui d’autres acteurs du marché, la responsabilité des banques est pointée. C’est que même avec un taux d’intérêt faible, les prix élevés (et donc les emprunts conditionnés) empêchent l’accession à la propriété des plus faibles revenus.


© La Dernière Heure 2013