Consommation

C’est le genre d’arnaque… tout à fait légale. Vous surfez sur Internet et tombez sur une offre alléchante, pour le produit Vita Cleanse, qui permet de lutter contre la constipation, ou encore Rasberry Ketone, qui facilite pour sa part la perte de poids.

Il s’agit en fait d’une offre couplée dans le cadre d’une "super offre d’essai" proposée dans le cas présent par Healthy Essentials et Ketone.

L’essai ne coûtant que quelques euros, la proposition est logiquement tentante. Vous cliquez pour obtenir cette offre d’essai en omettant, sans doute, de jeter un coup d’œil aux conditions générales.

C’est là que le piège se referme. Que disent ces conditions générales ? Que vous acceptez une livraison mensuelle de chacun de ces produits.

Et là, ce n’est plus tout à fait gratuit : c’est quelque 180 euros par mois pour recevoir ces deux produits. Comme vous avez donné votre numéro de carte de crédit lors du paiement de la "super offre d’essai", la ponction des montants se fait régulièrement, conformément aux conditions générales.

Ce genre de pratique commerciale est assez connue : il s’agit d’attirer le client en lui proposant des échantillons à un très bon prix.

"Nous connaissons bien ce gendre de pratiques. Nous conseillons toujours aux consommateurs de ne pas accepter ce genre d’offres, car elles incluent souvent des extras inattendus dans les conditions générales", souligne Bram Boriau, porte-parole de la société Worldline, qui gère les transactions par carte de crédit.

C’est logiquement vers Worldline que le consommateur croyant avoir été indûment débité se tourne. Worldline peut tout au plus renvoyer la balle chez le consommateur, en l’invitant à prendre contact avec les sociétés concernées. "Le consommateur doit prendre contact avec les sociétés pour mettre un terme au contrat les liant."

Le client pourra éventuellement contester les transactions. "Il devra alors prouver qu’il a vraiment tout fait pour rompre le contrat avec le commerçant."