Consommation L’aventure de deux passionnés révèle un breuvage surprenant, riche en tanins, appelé à se bonifier avec le temps

Ce n’est pas la première fois qu’une bière au thé débarque sur le marché, mais à la différence des précédentes, aromatisées, celle-ci voit le thé incorporée dans son élaboration. "Après trois essais à petite échelle, qui nous ont permis d’ajuster le tir, notre premier brassin de 500 litres a été commercialisé depuis juillet dernier et nous allons rebrasser dans trois semaines" , se réjouit Olivier Nuttens, à la base du projet en compagnie de son ami brasseur Thomas Monserez.

C’est dans le Tournaisis que Thomas, passionné par le monde brassicole, a réussi la prouesse technique. "On ne voulait pas une bière aromatisée, mais un brassage où le thé prend toute sa place. Le thé y joue le rôle de certains houblons, avec la particularité que le thé Puerh est une matière vivante, qui vieillit avec le temps. La bière continue donc à fermenter et nous avons d’ailleurs goûté des bouteilles durant nos essais, qui avaient bonifié au bout d’un an. On peut donc clairement dire que c’est une bière de garde, au même titre que l’Orval peut se déguster après plusieurs années."

Il en résulte une bière facile à boire, pas extravagante, qui conserve sa fraîcheur malgré une astringence due aux tannins du thé. Celui-ce n’est d’ailleurs pas omniprésent, d’après notre panel heureux de cette dégustation. Un léger reproche, peut-être : un manque de longueur en bouche qui a déplu à certains.

en savoir plus

La Bigote Puerh Tea,

en vente à l’Heure bleue (12 avenue des Arts, 1210 Bruxelles) et bientôt dans certains bars et revendeurs spécialisés