Consommation Une bière achetée ou consommée, c’est 5 cents pour aider les personnes seules.

Une Leffe achetée en magasin ou consommée dans l’Horeca jusqu’au 24 décembre prochain permettra de soutenir un projet de la Croix-Rouge pour lutter contre la solitude des personnes âgées : ce sera à chaque fois 5 cents qui seront versés, fin décembre, par le brasseur de Louvain à Rode Kruis et à la Croix-Rouge.

Le choix de la Leffe pour cette action sociétale n’est pas dû au hasard : l’abbaye de Leffe a une tradition d’accueil, que le brasseur veut également cultiver au travers de cette action. "Nous en avons bien entendu parlé aux moines de l’abbaye. Ils ont réagi avec enthousiasme. Rien ne se fait sans leur accord", rappelle Arnaud Hanset, Marketing Director chez AB InBev.

Cette action cadre aussi avec la volonté du groupe de rendre le monde meilleur. Des actions à connotation sociétale ont d’ailleurs déjà été menées avec la Stella Artois et la Corona. "Le marketing peut aussi éduquer le consommateur et changer les habitudes", poursuit-il.

Surtout , le public attend des entreprises qu’elles ne parlent pas que de produits et de bénéfices, mais aussi de projets de type sociétal. "Les consommateurs attendent d’une marque d’avoir ce genre de comportement, et a fortiori encore plus d’une grande marque. Prendre de telles initiatives est important pour l’avenir."

"Boire ou acheter une Leffe permettra également de faire un geste en faveur des personnes isolées", poursuit Arnaud Hanset.

Le chèque doit permettre à la Croix-Rouge de pouvoir envoyer plus de volontaires auprès des personnes isolées. Pas moins de 920.000 Belges de plus de 65 ans vivent dans la solitude, tant dans des maisons de repos et de soins qu’à leur domicile. Ces personnes "souffrent le plus souvent de stress et d’anxiété, et une partie d’entre elles finissent même par souffrir de dépression", remarque encore AB InBev.

L’initiative, lancée uniquement en Belgique, pourrait à l’avenir être étendue à d’autres pays. "Nous parlons d’une marque et non d’un pays. L’idéal d’une marque, c’est d’avoir la même approche pour tous les pays", estime à ce sujet Arnaud Hanset.