Consommation Test-Achats combat l’obsolescence programmée. Les imprimantes tombent trop souvent en panne.

Test-Achats a reçu depuis fin novembre quelque 5.400 signalements d’appareils tombés en panne trop rapidement, a indiqué l’organisation de défense des consommateurs jeudi.

Parmi ceux-ci, des machines à laver, des smartphones, des machines à café, mais aussi beaucoup d’imprimantes.

Le site tropviteusé.be avait été lancé en novembre 2016 et permet aux consommateurs de signaler un objet dont la durée de vie s’est avérée trop courte.

Test-Achats entendait ainsi partir en guerre contre l’obsolescence programmée.

"Les fabricants tentent de faire des profits en stimulant le consommateur à acheter du neuf, encourageant ainsi la surconsommation. Ce phénomène se manifeste de différentes manières, par l’utilisation de matériaux de moindre qualité, en rendant la réparation impossible, en programmant un logiciel pour devenir inutilisable, ou en faisant en sorte que les accessoires d’un appareil ne soient pas compatibles avec sa nouvelle version", avait alors dénoncé Test-Achats.

Après quatre mois , 5.400 appareils trop vite usés ont été signalés, dont 400 imprimantes. "Il est choquant de constater que les imprimantes domestiques sont souvent jetées rapidement pour des pannes similaires. Test-Achats demande aux fabricants d’introduire dès la production les concepts d’écoconception et de réparabilité", souligne Test-Achats.

Suite aux 400 signalements concernant les imprimantes, les experts de Test-Achats ont dû constater que de nombreuses imprimantes, principalement à jet d’encre, sont jetées après une durée de vie de deux à trois ans. Environ 20 % des appareils partent même directement au parc à conteneur après une utilisation de six mois à deux ans.

Cela signifie que dans de nombreuses familles, les t-shirts et les jeans sont conservés en moyenne plus longtemps que les imprimantes.

En plus des problèmes de bourrage papier ou des cartouches d’encre, les pannes principales viennent surtout des têtes d’impression.