Consommation Carrefour innove, après les distributeurs de jus et d’ananas découpés.

Surfant sur la vague d’une alimentation toujours plus saine, Carrefour s’est associé à la jeune start-up belge Alberts pour proposer une nouvelle expérience à sa clientèle. Il sera désormais possible d’acheter dans les points du vente du groupe des smoothies personnalisés, faits à la demande du client… via un distributeur automatique.

La machine à smoothies est un automate qui renferme des morceaux de fruits et de légumes congelés. Le consommateur sélectionne les variétés souhaitées, puis assiste au processus de préparation de A à Z. En fonction du mélange réalisé, le client préparera un smoothie detox, survitaminé ou boostant.

C’est aussi une grande première en Belgique puisque la start-up Alberts est actuellement la seule à proposer ces boissons innovantes, fraîches et saines. C’est dire si les concepteurs de la machine sont fiers de faire leurs premiers pas sur le marché et continueront à évoluer grâce à cette collaboration. "Pour le moment, l’appareil est une première en Belgique", explique Philippe Hennin. "Le produit est en constante évolution en fonction du feed-back des clients et des avancées technologiques. Ainsi, d’ici quelques semaines, il sera aussi possible de télécharger une app afin de composer sa recette personnelle en choisissant de trois à quatre ingrédients et en l’envoyant à l’appareil."

Quant au coût de votre smoothie préparé instantanément, il s’élève à 3,50 € le verre. Le paiement se fait à la caisse avec le reste des courses. Les deux premiers distributeurs de smoothies seront en service à partir de demain, l’un au Carrefour Express de Manhattan, boulevard du Jardin botanique 4A à Bruxelles et l’autre dans l’Hypermarché Carrefour d’Evere, avenue des Olympiades 12.

À boire et à manger…

Certains distributeurs automatiques relèvent plus du gadget que du réel besoin

En matière de distributeurs automatiques, il y en a pour tous les goûts. Et parfois pas les meilleurs, comme avec ce distributeur japonais qui propose… des petites culottes usagées. Toujours en Asie, il est aussi possible de se procurer des crabes vivants.

L’imagination ne semble pas manquer sous certaines latitudes. Bitcoins, caviar, cannabis, iPad… on trouve de tout aux États-Unis et si cela ne fait pas encore votre bonheur, des automates vous permettent aussi d’imprimer l’objet de vos désirs en 3D.

En Belgique, on se montre un peu plus classique, même si certains distributeurs automatiques ont de quoi surprendre.

En 2009 est ainsi apparu le premier distributeur de pizzas à Havelange. Désormais situé également à Neupré, Ronaldo Pizza approvisionne ses distributeurs tous les jours et les pizzas sont faites le jour-même. La pâte à pizza est précuite, les ingrédients qui la composent sont des produits frais. Le fonctionnement de la machine est un jeu d’enfants. Il suffit de se laisser guider par la vidéo pour commander et votre pizza est préparée en 3 minutes.

Pays de la frite oblige, certains ont bien tenté d’implanter des distributeurs de cette spécialité, mais il faut bien avouer que c’est un véritable flop. Ainsi, en août 2013, le Proxy Delhaize de la chaussée de Gand, à Bruxelles, inaugurait le premier distributeur, mais, faute de rentabilité, cessait déjà l’expérience en octobre de la même année.

Autre grande première pour notre pays, en 2009, l’inauguration du premier distributeur d’œufs. L’idée germa dans la tête du fils d’un éleveur de poules (100.000 pondeuses), basé dans le village de De Klijte (à la frontière avec le Hainaut). Lors d’un stage aux Pays-Bas, il fut en effet interpellé par cette pratique très courante Outre-Moerdijk. Les œufs sont emballés en boîte de 6, 10 ou 18 pièces, acheminés directement dans l’appareil par une bande transporteuse. Du producteur au consommateur en ligne plus que directe.

Au CHU de Liège , en 2014, c’est une véritable cantine automatisée qui a été installée. Un distributeur contenant pas moins de 84 plats (surgelés), permettant de servir des repas 24h/24, même lorsque le restaurant est fermé. C’était aussi un service pour le personnel terminant en soirée d’emporter un plat surgelé et de le réchauffer à la maison. Si c’était une grande première pour un hôpital belge, plusieurs entreprises avaient déjà été séduites par le concept de la société namuroise VFB.

Plus classiques, les distributeurs de pain se sont multipliés à travers le pays ces dernières années, tout comme les automates de fruits et légumes, voire de fleurs coupées.