Consommation La liste des produits est assez longue, tout compte fait.

Quelque 1,5 million de Belges en reçoivent chaque année, jusqu’à 250 euros. Un joli cadeau qui ne fait pas que des heureux. Qui n’a pas déjà râlé par le passé sur ses éco-chèques ? Le problème constamment évoqué, ce sont les trop rares possibilités de les utiliser. Vraiment ?

Le passage des chèques papier vers la formule électronique n’a pas facilité les choses : beaucoup de terminaux de paiement peinaient à faire la distinction entre chèques repas et éco-chèques, ce qui vous laissait bien souvent en plan.

La liste des produits pouvant être achetés avec ces fameux éco-chèques n’en est pas moins longue. Quelques exemples.

1. Il y a bien entendu les produits bio proposés dans la grande distribution, qu’il s’agisse de produits de consommation ou d’entretien. Pour l’amateur de bio, c’est du pain bénit. Mais tout le monde n’est pas adepte du bio.

2. Il y a également tous les produits qui concernent le jardin. Bon, d’accord, la saison touche plutôt à sa fin. Vos fleurs à repiquer du printemps prochain, le terreau ou encore des arbres à planter sont concernés. C’est également le cas de l’outillage, même électrique. Évitez quand même de proposer de payer du Round-up (encore disponible à Bruxelles) avec vos éco-chèques. À nouveau, tout le monde n’a pas l’âme d’un jardinier.

3. Le gros électroménager est également concerné. Vous devez acheter un nouveau frigo ou congélateur ? Tous les appareils électriques qui disposent du label énergétique européen à partir de A + peuvent être achetés avec des éco-chèques.

4. La mobilité est encouragée : l’achat de vélos, électriques ou non, de speed pedelecs ou encore de scooters électriques est possible avec les éco-chèques.

5. Vous pouvez également pousser la porte de magasins de bricolage : des lampes de faible consommation, des robinets économiseurs d’eau ou encore des peintures peuvent être achetés avec ces éco-chèques.