Immobilier Les familles monoparentales représentent 30 % des demandes de crédits.

L’image traditionnelle de candidats emprunteurs est celle d’un jeune couple désirant disposer d’un nid douillet qui accueillera un ou plusieurs enfants. La vie change et le profil des emprunteurs également.

BNP Paribas Fortis a ainsi octroyé pas moins de trois prêts sur dix à des clients qui empruntaient seuls l’année dernière.

Les familles monoparentales ont emprunté en moyenne un peu moins de 130.000 euros pour l’achat d’une habitation, soit 25 % de moins que les personnes empruntant à deux.

Cette différence de montant s’explique par deux raisons : des revenus logiquement moins élevés mais aussi par le fait qu’une personne seule achète dans 30 % des cas un appartement, soit une proportion bien plus élevée que lorsque l’emprunt est sur deux têtes.

Le montant par mois est dans ce cas de 610 euros, contre 676 euros pour un couple disposant de deux salaires. Pour la personne empruntant seule, ces 610 euros représentent 37 % des revenus, contre une moyenne tous types d’emprunteurs confondus de 37 %.

Les plus de 55 ans, soit la génération baby-boom, sont également devenus de bons clients : un crédit sur dix contracté chez le leader du marché l’a été par des personnes s’approchant tout doucement de l’âge de la pension. C’est surtout 27 % de plus en douze mois.

" C’est une population disposant de fonds propres importants qui préfère investir dans quelque chose de plus rentable que l’épargne traditionnelle", souligne Sébastien Degand, responsable des crédits aux particuliers.

Un crédit sur cinq permet à ces baby-boomers de s’offrir une résidence secondaire. Le solde est en grande partie consacré à la location.

Les moins de 30 ans - la génération Y - pointent également le nez, profitant des taux bas pour emprunter en moyenne 144.486 euros, soit une petite hausse de 2 % sur un an.

Leur mensualité moyenne est passée de 710 euros en 2015 à 690 euros en 2016, la légère augmentation du montant emprunté étant compensée par une baisse plus importante des taux.

Dans un contexte où l’on évoque de plus en plus les difficultés des Belges de rembourser un crédit, le taux des emprunts hypothécaires à problème est resté inférieur à 1 % en 2016.


Une (petite) hausse des taux en 2017

Elle devrait être limitée à 0,50 % et sera progressive.

Le taux fixe a logiquement continué à séduire la toute grande majorité des emprunteurs auprès de BNP Paribas Fortis 2016 : il a même représenté quelque 96 % de l’ensemble de la production.

Les taux bas ont d’ailleurs permis aux emprunteurs de rembourser un peu moins, 681 euros en moyenne en 2016 contre 706 euros un an plus tôt.

"C’est en soi logique", souligne Greet Van Criekingen, responsable des crédits hypothécaires de la banque. "Le montant emprunté est resté quasiment le même alors que les taux étaient plus bas."

La fin de l’année a toutefois été marquée par une petite hausse des taux fixes, le fixe 10 ans passant de 2,27 % à 2,46 %. Le taux variable révisable annuellement est lui passé sous les 2 %.

Un mouvement qui annonce un retour de taux bien plus élevés, de l’ordre de 4,60 % comme taux de référence pour un fixe 20 ans voilà 5 ans ?

Greet Van Criekingen s’attend bien à une poursuite du mouvement de hausse des taux d’intérêt en 2017. "Ils resteront cependant faibles, l’augmentation ne dépassera pas 0,5 %", assure-t-elle. Et cette augmentation sera lente et progressive.

Le marché, quant à lui, devrait rester stable. "Nous anticipons une stabilité de la demande en raison de la faible mobilité des emprunteurs", souligne Sébastien Degand. "Il est rare que des personnes vendent leur maison pour aller habiter dans une autre région pour être plus proches de leur nouvel emploi."

La décrue des refinancements de crédits existants devrait aussi se poursuivre au cours des prochains. Les refinancements ont par contre diminué en 2016.

La plupart des emprunteurs ont en effet profité des faibles taux d’intérêt et renégocié leur prêt en 2015 et déjà un peu moins l’an dernier. Chez BNP Paribas Fortis, les refinancements ont certes encore représenté 54 % de la production l’année dernière, mais en baisse de -17 % par rapport à 2016.


Le crédit 100 % en ligne a convaincu 1.500 emprunteurs

Voilà un an, Hello bank ! était la première banque du pays à proposer la conclusion d’un crédit hypothécaire via la plateforme Hello home !

Cette plateforme a reçu la visite de 420.000 personnes, mais n’a recueilli que 1.500 demandes d’emprunt, soit moins de 1 % des 185.000 simulations effectuées sur le site. Et ces 1.500 demandes n’ont pas toutes abouti à la conclusion d’un crédit en bonne et due forme.

"Nous sommes plutôt contents des résultats", souligne Maarten Verboven, Head of Product de cette banque logée au sein de BNP Paribas Fortis. Le taux proposé n’est pas forcément le meilleur du marché. "Il est très difficile de trouver le bon pricing", reconnaît-il, alors que les taux proposés sont tout simplement non négociables : des réductions de taux sont bien prévues pour une quotité inférieure à 80 % ou la prise de produits d’assurance, mais il n’y a aucune marge supplémentaire comme tel est le cas en agence.