Immobilier

La grille indicative des loyers en Wallonie devra être amplifiée de nouveaux critères pour être plus précise, selon son rapport d'évaluation publié lundi par le Centre d'Etudes en Habitat Durable (CEHD). 

La formule provisoire de loyer indicatif est notamment biaisée pour les communes du Brabant wallon et du nord de la province de Namur, ainsi que pour les communes situées le long de la frontière française. Depuis la mise en ligne le 7 novembre 2016, plus de 105.000 formulaires d'estimation ont été complétés. En rythme de croisière, depuis le mois de mars dernier, le site reçoit un millier de visites mensuellement. Il s'agit d'un calculateur permettant à tout un chacun d'estimer le loyer d'un logement en Wallonie sur base des critères les plus couramment utilisés par les professionnels pour déterminer la formation des loyers sur le marché locatif (type de logement, superficie, époque de construction, nombre de pièces potentiellement affectables à l'usage de chambre, critères énergétiques, localisation, ...).

Selon cette évaluation, mise sur pied via un panel de plus de 1.000 répondants, le loyer moyen observé en Wallonie est de 636,90 euros hors charges. Soit 5,1% de plus que le loyer indicatif moyen (605,86 euros). Près de trois quarts des loyers se situent dans un intervalle compris entre -20% et 20% par rapport au prix indicatif. Aux extrêmes, 14,6% des loyers sont largement supérieurs (+ de 20%) au loyer indicatif et 12,2% largement inférieurs.

D'après le CEHD, il convient donc de préciser certains critères puisque pour près de 40% des loyers largement supérieurs, la différence se justifie par plus de confort et d'équipements et seuls 10% des répondants estiment qu'ils payent un prix supérieur au marché. Le coefficient de pression immobilière doit entre autres être revu, la formule provisoire étant biaisée: les prix moyens des logements restent près de 10% supérieurs au loyer indicatif dans la province du Brabant wallon et dans les communes du nord de la province de Namur. A l'inverse, il est inférieur de 0,8% dans les communes frontalières de la France et de la périphérie nord de Liège.