Immobilier Une nouvelle grille des loyers en Wallonie est disponible depuis hier sur le web.

Cela faisait quelques mois que l’on attendait la mise en ligne d’une grille des loyers en Wallonie. C’est maintenant chose faite . Si vous êtes locataire de votre logement, vous pouvez savoir, en quelques clics à peine, si le loyer fixé par votre propriétaire est raisonnable ou pas. Il vous suffit de rentrer votre adresse et quelques détails concernant votre maison ou appartement (superficie, nombre de salles de bain, type de chauffage, isolation…), pour que le logiciel vous donne une estimation de combien vous devriez payer par mois.

Mais attention, il s’agit seulement de données indicatives. Elles ne sont en rien contraignantes. Si vous payez trop cher, la Région ne viendra pas à votre secours pour obliger votre propriétaire à baisser le loyer. Mais cela pourrait changer dans les prochains temps. "Nous verrons à la fin de la législature s’il pourrait être question d’obliger les propriétaires de bien(s) en location à fixer les loyers par rapport à cet outil", précise le cabinet du ministre wallon du Logement Paul Furlan (PS), à l’initiative de ce projet.

Par contre, à partir de 2017, les propriétaires auront tout intérêt à se conformer à ces données. "Nous avons prévu que seuls ceux qui fixent un loyer dans la tranche prévue par la grille pourront bénéficier du mécanisme des primes énergie et logement", poursuit le cabinet du ministre.

Dernier point positif : "Nul doute que cette grille permettra à terme une plus grande transparence du marché locatif".


Les surloyers coûteront 65 millions d’euros au minimum 
© AVPRESS

30.000 locataires sociaux doivent être remboursés.

Une enveloppe de 10 millions d’euros sera débloquée par le gouvernement wallon pour permettre aux sociétés de logements sociaux de rembourser leurs locataires ayant indûment payé, durant trois ans, des surloyers. Dix millions qui sont donc consacrés à rembourser les 30.000 ménages concernés par la problématique des chambres excédentaires.

La question sera débattue, ce mardi, en commission et pourrait provoquer quelques étincelles entre la majorité PS/cdH. L’enveloppe libérée est largement insuffisante, selon le député wallon Pascal Baurain (cdH). "C’est un montant extraordinairement réduit par rapport à l’impact de l’annulation de la réglementation (par le Conseil d’État) sur les chambres additionnelles sur toute la Wallonie", dénonce-t-il.

Et pour cause , tous les locataires sociaux (soumis à un bail antérieur à 2008) sont en droit d’exiger un remboursement pouvant varier entre 900 et 5.400 euros, en fonction du nombre de chambres. "L’essentiel du parc locatif social est constitué de logements comprenant deux chambres additionnelles. Le surloyer mensuel était alors de 60 euros par mois soit une somme de 2.160 euros par logement pour trois ans."

Le dernier chiffre annoncé par le ministre du Logement fait état de 30.000 logements concernés par cette mesure. "Cela représente donc une moyenne de 65 millions d’euros à rembourser aux locataires ! À quoi vont servir les dix millions d’euros ? C’est de la poudre aux yeux," peste le député. "Cette enveloppe ne représente pas la réalité du dossier. L’ampleur des conséquences de ces surloyers n’a pas été prise en compte ou alors on se moque des gens."

Les 64 sociétés de logements sociaux en Wallonie sont d’ailleurs en train de boucler leur budget, "beaucoup seront déficitaires", prévient déjà le député. "Mais ma principale crainte est que certains de ces locataires sociaux risquent d’être grugés."

Il est évident que la réforme des surloyers ne se fera pas sans peine. Reste qu’à ces remboursements, il faudra aussi y ajouter quelques intérêts.