Prix energie Les lettres affluent déjà chez Resa suite aux coupures d’électricité. Il y a une procédure à suivre…

On nous le confirmait ce mardi matin, à la suite des (très) nombreuses coupures d’électricité qu’a connu la région liégeoise ce vendredi et ce week-end : les lettres affluent chez Résa, opérateur du réseau de distribution d’électricité; les clients demandent réparation. En province de Liège, quelque 30.000 foyers ont été privés d’électricité et la phase d’urgence avait été déclenchée au niveau provincial. Certaines coupures ont duré trois jours ! "Vu le contexte, c’est tout à fait logique d’être sollicité", nous confiait-on chez Resa ce mardi. "Mais c’est encore un peu tôt pour répondre à ces questions."

Une procédure très claire existe toutefois et, nous confirme-t-on chez Nethys (groupe auquel appartient Resa), une lettre type sera envoyée d’ici peu aux milliers de préjudiciés.

Que faire dès lors pour récupérer son dû perdu à la suite des coupures d’électricité ? La première chose, c’est bien sûr de dresser l’inventaire des dommages causés et de chiffrer ces derniers. Par dommages, on peut entendre des denrées alimentaires devenues inconsommables mais également des dégâts matériels, au niveau de l’électroménager par exemple, voire des frais engendrés par un passage obligatoire à l’hôtel… ou à l’hôpital, pour faire fonctionner un respirateur.

Ensuite ? Il est logique de contacter son assureur. "Certains contrats couvrent en effet les frais occasionnés par une panne", explique Me Omari, avocate spécialisée dans les assurances, "mais ce n’est pas systématique".

Une autre démarche est prévue dans ce cas de figure : "Un décret prévoit une indemnisation forfaitaire de 100 € par coupure de six heures", explique Stéphanie Grevesse, porte-parole de la Cwape, Commission wallonne pour l’Énergie. 100 € par coupure de six heures… "Cela signifie que si la coupure fut de 5 h 59, il n’y a pas de forfait qui tienne", précise la porte-parole.

Au-delà de 12 heures toutefois, on passe à 200 € et ainsi de suite pour chaque tranche supplémentaire de six heures.

Les questions d’argent ne sont jamais simples bien sûr… L’opérateur pourra contester sa responsabilité. Comment ? En invoquant "un cas de force majeure". Est-ce le cas ici ? Difficile de répondre globalement à cette question puisque plusieurs situations se sont présentées. Pour rappel, on parle de 30.000 foyers. "Et ce qui est sûr également, c’est que le décret exclut les cas de force majeure", précise Me Omari.

En d’autres termes, si cas de force majeure il y a, le décret n’est pas d’application. Mais c’est lors d’une contestation du genre que la Cwape interviendrait à son tour "pour donner un avis sur l’origine de la panne et sur sa durée". Tout devrait donc être analysé au cas par cas… Déjà, on apprend que le Fonds des calamités n’interviendrait pas.

Attention enfin. La requête initiale devra bien être adressée à Resa et ce, par courrier recommandé, dans les 60 jours suivant la coupure.