Prix energie Echaudés par les cafouillages politiques, les Belges se détournent de la voie solaire. Engie veut les y (re)conduire. Intéressant ?

Engie-Electrabel s’attaque à un secteur du marché dont il s’était jusqu’ici peu soucié : le photovoltaïque. La nouvelle offre de l’opérateur énergétique, PV sans souci, brasse large : elle s’adresse aux clients Engie ou non, vierges de toute installation ou déjà équipés en panneaux solaires.

Au moins deux arguments ont poussé Engie à emprunter la voie ensoleillée. Le premier est durable : "Nous avons un rôle primordial à jouer pour répondre aux enjeux climatiques de notre société". Le second est financier : "En huit ans, le coût des installations solaires a chuté de 80% . Il est en moyenne passé de 20.000 à 6.000 €." Cette démocratisation, estime Engie, doit convaincre le chaland en quête d’un bon produit d’investissement et soucieux de diminuer sa facture et son empreinte énergétiques. Le défi est ardu. Suite au cafouillage des certificats verts et à la Turteltaks en Flandre, le PV a largement perdu son lustre d’antan, noyé dans les cadeaux repris par les Régions... On enregistrait 100.000 installations en 2011 contre à peine 10.000 en 2014. Pour parvenir à ses fins, Engie s’est allié au fournisseur Sungevity. Surtout, il promet un rendement jusqu’à 17%. Voyons voir.

prenons l’habitation belge moyenne, en postulant qu’elle soit bien orientée (Sud, peu d’ombre) et pas trop jeune (plus de 10 ans, histoire d’être éligible à la TVA à 6%). On pourra y coucher, en moyenne, 14 panneaux solaires (23m2 de surface). Quatorze panneaux, ainsi exploités, généreront 3.300 kWh/an. Quasi la moyenne de consommation éléctrique par an, pour un ménage 2 adultes/2 enfants. Pour cette installation, il faut prévoir de 5.800 à 6.800 euros.

En Wallonie

Vu le prix moyen de l’énergie en Wallonie, l’installation permettra d’économiser plus de 700 € sur la facture d’électricité dès la première année. De surcroît, actuellement, posséder des PV est toujours récompensé par une prime en Région wallonne : c’est le système Qualiwatt. Grâce à lui, le prosommateur (qui injecte de l’électricité en surplus dans le réseau) reçoit pendant cinq ans une prime annuelle (variable, en moyenne comprise entre 475 et 585 €). Bref : dès la première année, les panneaux solaires procureront une économie de plus de 1.200 € pour le Wallon. Seul bémol : les chances sont grandes que la Wallonie imite la Flandre (dès 2018 ? Plus tôt ? Plus tard ?) et... taxe les prosumers. Avec une redevance déjà estimée à 200 €.

Reste qu’en l’état, l’installation PV en Wallonie est rentable en 6 à 7 ans. Les panneaux solaires ayant une durée de vie de 25 à 30 ans, voilà qui nous laisse un rendement de 15 à 17% .

À Bruxelles

Ici, l’économie sur la facture d’énergie se chiffre à 600 € dès la première année. Toutefois, à partir de 2018, si le compteur comptabilisera encore la quantité d’électricité injectée sur le réseau, il ne tournera plus à l’envers. En d’autres termes, l’économie sur la facture proviendra exclusivement de la part de la production consommée directement. Plus de déduction pour le surplus réinjecté ! Il faut rajouter les certificats verts, (toujours valables à Bruxelles) qui généreront près de 800 € par an, pendant 10 ans. Et qui seront maintenus malgré la fin du compteur tournant à l’envers.

Avec cette économie, l’investissement total est remboursé au bout de 7 à 8 ans. Les Bruxellois peuvent tabler sur un rendement de 8 à 10% .