Prix energie Accises, nouvelle norme, l’essence devrait reprendre du poil de la bête entre 2016 et 2018.

Le club automobile VAB estime qu’il sera de plus en plus intéressant pour les Belges d’aller faire leur plein de diesel au Luxembourg en raison de l’augmentation des accises prévue en 2018, indique sa porte-parole Joni Junes dans une interview accordée au journal De Zondag. Le VAB a effectué plusieurs simulations afin d’extrapoler le prix du diesel une fois que les accises frappant celui-ci seront au même niveau que celles touchant l’essence, vers 2018.

Selon le club, le prix du diesel pourrait ainsi dépasser celui de l’essence. "Ceux qui résident à proximité de la frontière luxembourgeoise seront d’autant plus avantagés. La différence sur un plein de 50 litres de diesel passera de 11,30 euros actuellement à 18,30 euros en 2018. En Europe occidentale, seuls l’Italie et les Pays-Bas verront le prix du diesel plus élevé. Il sera alors moins cher en France, en Allemagne ou en Suisse qu’en Belgique", explique Mme Junes.

Le prix de l’essence devrait lui légèrement baisser dans le même temps.

Le gouvernement a décidé à la fin du mois de juillet de relever les accises sur le diesel dans le cadre du tax shift et du contrôle budgétaire. Le prix d’un plein de 50 litres devrait être plus cher de 5 à 6 euros d’ici 2018. Précédemment, le gouvernement tablait sur une hausse de 2,5 à 3 euros.

L’organisation expliquait à la RTBF cet été déjà que "les propriétaires de voiture attendent au moins huit ans avant d’acheter un nouveau véhicule. Il faut donc prévoir une période de transition plus longue pour l’introduction des modifications apportées à la fiscalité automobile". Selon le VAB, une période de transition de 6 à 7 ans serait nécessaire pour donner le temps aux automobilistes d’acheter une voiture adaptée aux nouvelles attentes écologiques de la fiscalité automobile.

Un Belge qui roule 20.000 km par an et consomme 6 litres au 100 km devra donc débourser 127 euros de plus. Cependant, acheter une voiture au diesel n’est pas encore une perte car les véhicules diesel consomment moins et rejettent moins de CO2. Les taxes étant basées sur le CO2 et non les microparticules, fiscalement, le diesel garde encore pour le moment un avantage.

Les voitures de société sont proportionnellement les plus touchées, car seulement 7,5 % des voitures de leasing vendues en 2015 fonctionnent à l’essence. L’essence sans plomb reprend un peu, et ce mouvement va sûrement s’accélérer avec la hausse des accises. "Euro 6 va enfin dans le sens de la lutte contre les émissions de particules, ce qui pénalise le diesel. Mais en termes de fiscalité en Belgique pour les voitures de société ce sont les émissions de CO2 qui ont de l’influence. Le diesel est clairement avantagé", expliquait Gauthier Helleputte, fleet Manager chez Mercedes Benz, lors d’une table ronde il y a quelques jours.

Le progressif retrait du diesel est notable. "En 2014, c’était la première fois que le nombre total de kilomètres parcourus par les voitures diesel a diminué. La proportion est 77,7 % des kilomètres parcourus pour le diesel. On vient de 27 % dans les années 80."