Prix energie

La légère baisse du prix de l’électricité ressentie début d’année pourrait être de courte durée

BRUXELLES Il est plus que temps de scruter avec attention les factures d’électricité. Suite à l’approbation par la Commission de régulation (Creg) de la demande d’Elia, le montant s’alourdira de 3 € (de 32 à 35 euros) par an dès le 1er juillet pour un ménage dont la consommation moyenne atteint 3.500 kWh sur l’année. Le 1er janvier prochain, ce total passera à 39 euros.

Pour comprendre, un petit retour s’impose au 6 février 2013. La cour d’appel de Bruxelles donnait raison aux producteurs d’électricité, qui réfutaient la proposition tarifaire d’Elia pour la période 2012-2015. Et plus précisément les tarifs d’injection, c’est-à-dire la facture payée par les producteurs pour injecter leur électricité sur le réseau.

La première proposition tarifaire faisait payer quelque 150 millions aux producteurs. Ils la jugeaient trop élevée, arguant que de tels tarifs faisaient la part belle aux producteurs étrangers.

Suite à la décision en appel, les producteurs ne payeront plus que 62 millions. En contrepartie et pour pouvoir couvrir ses frais, Elia a donc demandé à la Creg d’imputer ces frais sur les consommateurs.

Celle-ci sera perceptible sur le volet transport de la facture d’électricité. Pour rappel, ces frais de transport représentent environ 40 % de la facture énergétique d’un ménage.

Un impact limité, pour l’instant, mais qui va tout de même à l’encontre de la tendance observée ce dernier trimestre. Tant au niveau de l’inflation que des comparaisons de prix faites par Test-Achats, une diminution de quelques pour cent était perceptible. Notamment due aux baisses de prix pratiquées par les fournisseurs.

Par prudence, à juste titre, aucun observateur du marché n’avait cependant tiré de conclusion pour le reste de l’année.

Toutefois, la décision de la cour d’appel pourrait ne pas être coulée dans le béton. D’abord, parce que la Creg elle-même se pourvoira en cassation.

Ensuite, car les ménages ne sont pas seuls à être impliqués, les entreprises le sont aussi. Et Febeliec, la fédération des consommateurs industriels d’énergie, est directement montée au créneau : pour elle, il n’est pas question d’imputer de tels coûts aux entreprises. Elle chiffre à 300 millions d’euros (de 2012 à 2015) le surcoût lié à cette décision.



© La Dernière Heure 2013