Prix energie Le prix du gasoil de chauffage a baissé de 40 % en 3 ans. Faut-il remplir sa cuve ?

Le 15 octobre 2012, le gasoil de chauffage flirtait avec la barre d’un euro le litre. Du jamais-vu. Il est désormais ancré en dessous des 60 cents le litre et devrait logiquement suivre la baisse de 2,5 cents du prix maximal du litre de diesel intervenue ce mercredi.

Les calculs sont vite faits : remplir sa cuve de mazout vous revient aujourd’hui 800 euros moins cher qu’à la mi-octobre 2012.

Le litre de mazout s’affichait alors à 0,946 euro (0,972 euro pour les livraisons de moins de 2.000 litres), contre 0,573 euros en ce début du mois d’août (0,599 pour les livraisons de moins de 2.000 litres).

En cause , la nouvelle chute de l’or noir sur les marchés internationaux après son précédent passage à vide enregistré fin 2014-début 2015.

Lundi, le baril de pétrole est ainsi passé sous la barre des 50 dollars, à 49,36 dollars le baril, atteignant son plus bas niveau depuis le mois de janvier. Le Brent avait alors atteint son minimum en six ans, lorsque le baril s’était échangé à 45,19 dollars.

Les cours du pétrole ont certes repris un peu de couleurs mardi, mais toutefois pas pour repartir sensiblement à la hausse.

La surabondance d’or noir n’en demeure pas moins l’élément qui pousse les prix de l’or noir à la baisse, au plus grand plaisir du consommateur.

La fête pourrait même être totale si l’euro avait continué à tenir tête au billet vert. Or, depuis le début de l’année, la monnaie unique européenne a perdu quelques plumes face au dollar, monnaie de référence de cotation du pétrole.

L’euro était à 1,20 face au dollar en janvier, contre environ 1,10 hier. De quoi atténuer l’effet de la chute de la devise européenne pour nos portefeuilles.

Faut-il justement remplir sa cuve dès à présent ? "C’est vrai qu’en période d’été il n’y a pas de grande demande de gasoil de chauffage", souligne Jean-Pierre Van Dijk, secrétaire général adjoint de la Fédération pétrolière belge. "Le marché est donc un peu plus détendu."

Il n’anticipe pas une remontée des prix dans les semaines à venir. De quoi voir venir et de remplir sa cuve au meilleur prix.

Mais nul n’a une boule de cristal lui permettant de prédire l’avenir avec certitude. Il fut un temps où il était conseillé de remplir sa cuve avant les premiers frimas, histoire de bénéficier des meilleurs prix. C’est toutefois en janvier dernier, au cœur de l’hiver, que le litre de mazout avait atteint son plus bas, à 0,5437 euro pour une livraison de moins de 2.000 litres…