Vacances

Le voyagiste britannique Thomas Cook a annoncé jeudi avoir basculé dans le rouge en 2017-2018, évoquant une moindre demande pour les vacances méridionales à cause d'une vague de chaleur estivale en Europe.

Lors de son exercice comptable annuel terminé fin septembre, le groupe a déploré un déficit net de 163 millions de livres (184 millions d'euros), contre un léger bénéfice net de 10 millions de livres l'année précédente, d'après des données recalculées publiées dans un communiqué.

"2018 a constitué une année décevante pour Thomas Cook, malgré la réalisation d'avancées importantes dans notre stratégie de transformation de notre modèle. Après un bon début d'année, nous avons subi une baisse de nos marges à la suite d'une période prolongée de forte chaleur estivale sur nos principaux marchés", a expliqué le directeur général Peter Fankhauser.

Le voyagiste créé en 1841 vend des vacances dans les pays méridionaux notamment à des clients vivant dans le nord de l'Europe - Royaume-Uni, Allemagne et Scandinavie. L'été très chaud dans ces régions septentrionales a poussé les touristes potentiels à rester chez eux plutôt que de voyager vers les habituelles destinations ensoleillées et cela a sapé les marges du groupe in fine.

Thomas Cook a aussi mis en avant une note fiscale plus élevée que l'année précédente pour expliquer la dégradation de son résultat net.

Il a toutefois évoqué aussi quelques points positifs, notamment une hausse de la popularité de destinations comme l'Afrique du Nord, la Turquie et la Grèce, qui ont compensé de moindres revenus tirés d'Espagne dont l'attractivité touristique s'était envolée les années précédentes.

Thomas Cook a aussi souligné la croissance du nombre de vols des compagnies aériennes qu'il exploite - notamment l'allemande Condor et la britannique Thomas Cook Airlines. Ses activités aériennes ont profité des faillites de deux compagnies concurrentes l'an passé, l'allemande Air Berlin et la britannique Monarch, dans un secteur aérien européen en pleine turbulence.

Son chiffre d'affaires, toutes activités comprises, a grimpé de 6% à 9,584 milliards de livres (10,8 milliards d'euros).

Le groupe a confirmé pour l'exercice écoulé la suspension du dividende habituellement versé aux actionnaires annoncée il y a deux jours - au prix d'un plongeon de plus de 20% de son action à la Bourse de Londres mardi.

Pour l'exercice en cours 2018-2019, Thomas Cook dit vouloir poursuivre sa stratégie visant à rehausser sa gamme des voyages, tant via ses compagnies aériennes que dans les hôtels qu'il propose. Il assure pouvoir élever son bénéfice opérationnel, qui a été amputé d'une bonne moitié lors de l'exercice écoulé.