Vacances

L'activité touristique en Catalogne a chuté de 15% sur un an depuis le référendum d'autodétermination du 1er octobre, tandis que les réservations d'hôtels et de transports sont en baisse de 20% jusqu'à la fin de l'année, a annoncé mardi le patronat espagnol du secteur.

"L'impact économique négatif enregistré par le secteur touristique catalan (pendant la première quinzaine d'octobre) correspond à une chute d'environ 15% de l'ensemble de l'activité", par rapport à la même période en 2016, a déclaré José Luis Zoreda, vice-président de la fédération nationale Exceltur lors d'une conférence de presse.

Ce chiffre provient d'une enquête menée par l'organisation patronale auprès de ses adhérents en Catalogne sur le niveau de leur chiffre d'affaires jusqu'au lundi 16 octobre inclus.

L'impact semble donc plus fort que celui des attentats du 17 août à Barcelone et Cambrils, suivis par une baisse de 5% du chiffre d'affaires en septembre, selon Exceltur.

En outre, les réservations (hôtels, transports...) sont en baisse de 20% jusqu'à la fin de l'année par rapport à la même période l'an dernier, a-t-il précisé. Si ce recul se confirme, il représentera une perte de près de 1,2 milliard d'euros.

Les entreprises ont aussi mis "un frein très significatif à tous les investissements prévus jusqu'à fin 2017", a ajouté M. Zoreda.

"Si le scénario de volatilité et d'altercations s'aggravait dans les prochains mois", la baisse de l'activité touristique pourrait être de 30%, a-t-il prévenu.

L'emploi serait touché de manière "très notable" alors qu'environ 405.000 personnes travaillent dans le secteur en Catalogne selon Exceltur.

L'impact du ralentissement du tourisme, qui représente 12% du PIB catalan, pourrait être "autant ou plus significatif" que les transferts de sièges sociaux de grandes entreprises hors de Catalogne décidés ces derniers jours, estime M. Zoreda.

La Catalogne, avec sa capitale Barcelone et les plages de la Costa Brava, est la région espagnole attirant le plus de touristes étrangers. Plus de 18 millions ont séjourné sur place en 2016, soit un quart du total des étrangers accueillis par le pays.