Vacances Un mode de vacances qui séduit de plus en plus… et qui se démocratise.

Si, jadis, effectuer une croisière était un peu le voyage de toute une vie, qu’on s’offrait généralement à l’âge de la pension, le secteur a su se réinventer pour conquérir un public de plus en plus large, y compris familial, avec des tarifs rendant ce mode de vacances bien plus abordable.

Et si les chiffres officiels des ventes de croisières en Belgique ont accusé un certain recul (-10,4 %) en 2015, avec 69.000 passagers enregistrés, les professionnels du secteur tempèrent les statistiques, affirmant que de nombreux Belges réservent leur voyage en France ou en Allemagne. Sans compter que ces chiffres ne prennent pas en compte les croisières réservées via Internet, elles aussi de plus en plus nombreuses. Au final, on serait donc plus proche de la barre des 100.000 croisières vendues l’an dernier. "En 2016, le nombre de passagers européens aurait crû de 3,4 %, avec 6,674 millions de passagers. Sur quatre ans, la hausse est de 8,7 %. Côté destinations, la Méditerranée et les îles de l’Atlantique (50 % des voyages) conservent les faveurs des Européens. L’Allemagne, qui avait ravi la première place au Royaume-Uni en 2015, reste le leader du secteur, avec une part de marché de 30 % et 2,018 millions de passagers. Le Royaume-Uni et l’Irlande (28 % de part de marché et 1,889 million de passagers, à + 5,6 %) sont en deuxième position. Arrivent ensuite l’Italie, la France, l’Espagne et le Benelux", indique la Cruise Lines International Association (CLIA).

Et ceux qui ont goûté au moins une fois aux joies de la croisière n’ont généralement qu’une seule envie : repartir. Il est d’ailleurs assez remarquable de constater que les passagers de ces véritables villes flottantes se montrent parmi les vacanciers les plus fidèles, 40 à 50 % d’entre eux ayant décidé de repartir sur les flots.

Si le public conquis ne cesse de s’élargir, c’est aussi en grande partie grâce à la démocratisation des prix. Il est ainsi possible de sillonner la Méditerranée pour 500€ la semaine. Et même de visiter les Caraïbes pour moins de 600€, en fonction des saisons. Les formules all-in sont également très prisées et peuvent déjà se dénicher à moins de 1.000 €, ce qui en fait un produit de substitution concurrentiel aux séjours en club.