Vacances Des chercheurs mettent en cause certains procédés de la compagnie.

"Compagnie honteuse, service à la clientèle dégoûtant…" Cela gronde pour Ryanair sur les réseaux sociaux. La compagnie low cost irlandaise est accusée de "délibérément" séparer les familles ou les groupes désirant voyager l’un à côté de l’autre dans ses avions. Le but ? Forcer les passagers à payer un supplément leur garantissant de voyager côte à côte.

Même si la compagnie le nie, tout porte à croire qu’elle a changé de politique d’attribution de sièges depuis un mois. On s’explique. Auparavant, quand deux passagers - désirant voyager ensemble - réservaient un billet, Ryanair les plaçait généralement l’un à côté de l’autre. Et ce même s’ils ne payaient pas le supplément pour un siège désigné. Ce n’est plus du tout le cas depuis plusieurs semaines.

Pire, la compagnie irlandaise placerait systématiquement ces deux personnes à l’opposé de l’avion et sur les sièges centraux, soit les places les moins confortables, même si l’avion est encore à moitié vide. Sur Twitter, de nombreux parents voyageant avec de jeunes enfants expliquent ainsi comment ils ont été séparés dans l’avion… alors qu’il restait de nombreuses places disponibles voisines l’une de l’autre lors de leurs réservations.

Ryanair se défend en affirmant avoir toujours agi de la sorte. Les personnes ne payant pas ce supplément (de 2 à 15 euros) sont placées aléatoirement dans l’avion, explique la compagnie.

Séparés en moyenne de 10 rangées

Sauf que cet "aléatoire" ne l’est pas d’après Dr Jennifer Rodgers, statisticienne à l’université d’Oxford. Interrogée par la BBC, cette dernière estime qu’il y a "plus de chances de gagner à la loterie" que d’être assis l’un à côté de l’autre en réservant sur le site de Ryanair. "C’est un sujet très controversé, mais mon analyse met en doute le fait que l’attribution des sièges chez Ryanair soit purement aléatoire", explique-t-elle.

En effectuant plusieurs tests grandeur nature, l’équipe d’Oxford a calculé qu’en moyenne les familles ou groupes étaient séparées de dix rangées (et même de trente-deux rangées pour deux vols testés). Les personnes ne payant pas le supplément ont aussi été systématiquement placées sur le siège du milieu des rangées, alors qu’il restait de nombreuses places disponibles dans l’avion.

Notons que si certains hurlent leur colère sur Internet, d’autres le prennent avec humour. C’est le cas d’un certain James qui pose la question à Ryanair : "Je serais ravi de voyager loin de ma femme. Combien dois-je vous payer ?"