Vacances Malgré les avis de voyage toujours déconseillés, de nombreux touristes reprennent le cap des plages tunisiennes

S’il est possible de réserver un séjour en Tunisie dès Pâques prochain via le site de Thomas Cook, notamment, l’avis de voyage émis par le ministère des Affaires étrangères reste toujours défavorable. Chez Tui (ex-Jetair), la destination n’est d’ailleurs toujours pas ouverte aux réservations.

En Grande-Bretagne également, les autorités déconseillent toujours les départs s’ils ne sont pas indispensables. Pourtant, les Britanniques, très friands du soleil tunisien, ont décidé de partir malgré tout, quitte à réserver par leurs propres moyens. La formule a de quoi séduire, en ce qui cocnerne les tarifs.

Il est en effet possible de dénicher des offres jamais vues en Tunisie, les hôteliers bradant les prix pour faire revenir le touriste.

Chez Neckermann, les promotions pleuvent actuellement, rendant la destination accessible durant les vacances de Pâques à moins de 600 € par personne, en all inclusive. À Djerba (hôtel Meriam, 4 étoiles), le départ le 1er avril est disponible à 550 € au lieu de 752 €.

Mais en cherchant bien sur Internet, il est aussi possible de dénicher des tarifs plus attractifs encore. Si vous optez pour la chambre (+ petit-dej), il y a déjà moyen de trouver un hôtel à 25 € la nuit.

Faites les comptes , si vous y séjournez 7 nuits, cela vous revient à 175 € pour 2 personnes. Ajoutez-y les billets d’avion (comptez environ 350 € par personne à Pâques), votre séjour (2 personnes) est possible à moins de 1.000 €. Sur place, ce ne sont pas les activités qui manquent et les Tunisiens mettent souvent les petits plats dans les grands pour soigner les touristes qui reviennent encore au compte-gouttes. Ils savent que le bouche à oreille reste la meilleure publicité pour convaincre, les nombreux messages des autorités vantant les conditions de sécurité renforcées ne portant visiblement pas (encore) leurs fruits.

D’autant que la sécurité s’est beaucoup améliorée en Tunisie, en particulier dans les zones touristiques, avec la mise en place de dispositifs humains (police touristique renforcée) et techniques (caméras de surveillance) qui rendent les vacances plus sûres.