Après le séisme au Mexique, la recherche effrénée des survivants

Publié le à Mexico (AFP)

La recherche effrénée de survivants se poursuivait mercredi, au lendemain du puissant séisme qui a touché la région de Mexico, faisant au moins 225 morts, dont 21 enfants ensevelis sous leur école, où une trentaine d'élèves restent disparus.

Sur les 225 victimes, on compte 94 décès à Mexico, 71 dans l'Etat de Morelos, 43 dans celui de Puebla, 12 dans l'Etat de Mexico, quatre dans le Guerrero et un à Oaxaca, selon le directeur de la Protection civile, Luis Felipe Puente.

Au lever du jour, les décombres de la quarantaine d'immeubles effondrés de Mexico fourmillaient de secouristes, pompiers, policiers, soldats et volontaires. Plusieurs pays, dont Israël, le Chili et le Salvador ont annoncé l'envoi de secouristes.

Les dégâts se concentraient dans le sud de la ville et les quartiers branchés de la Roma et la Condesa, connus pour leurs bars et restaurants et où résident de nombreux étrangers.

"Nous continuons à rechercher des gens", a déclaré à la chaîne Televisa le maire de Mexico Miguel Angel Mancera. Au moins 40 personnes ont été retrouvées en vie dans deux bâtiments écroulés, a-t-il fait savoir, ajoutant que les structures de quelque 600 autres constructions allaient être inspectées.

A l'extrême sud de la capitale, les ruines de l'école primaire et secondaire Enrique Rebsamen concentraient l'attention des sauveteurs.

Au moins 21 élèves âgés de sept à 13 ans, ainsi que cinq adultes, sont morts et une trentaine d'enfants restent disparus, selon les services de secours.

Soudain, une lueur d'espoir: les secouristes viennent de localiser une jeune fille vivante. Comme à chaque fois, on demande le silence pour utiliser un scanner thermique qui est introduit à travers une fissure.

"Aucun être humain ne peut imaginer ma douleur", confiait mercredi matin à l'AFP Adriana Fargo dans un abri improvisé, tout en espérant obtenir des nouvelles de sa fille de 7 ans.

- Crise de nerfs -

Assise sur une chaise, poings et lèvres serrés, les yeux rivés au sol, cette maman ne parvenait même pas à prononcer le prénom de sa fille. Quand on le lui demandait, seul un sanglot sortait de sa bouche.

Son mari, lui, s'acharnait aux côtés de centaines de soldats, pompiers et sauveteurs qui, dans le jour naissant, dégageaient prudemment les décombres à la recherche du moindre signe de vie. Ils étaient aidés de chiens et d'instruments destinés à détecter les sons à travers les décombres.

D'autres mères étaient là depuis la veille, tentant de se réchauffer avec des couvertures. Victime d'une crise de nerfs, l'une d'elles a dû être soignée par une équipe médicale, selon une journaliste de l'AFP sur place.

"Les forces armées et la police fédérale travailleront sans repos jusqu'à ce que toutes les possibilités de retrouver des survivants soient épuisées", a déclaré sur Twitter le ministre de l'Intérieur, Miguel Angel Osorio.

Dans cette mégalopole de 20 millions d'habitants, nombre d'habitants n'ont pas dormi de la nuit, craignant une forte réplique. Le séisme de mardi est survenu 32 ans jour pour jour après le grand tremblement de terre de 1985, qui avait fait plus de 10.000 morts et reste un traumatisme national au Mexique.

D'autres n'ont pas pu retourner dans leurs logements endommagés et ont passé la nuit dans la rue, sous des tentes ou dans des abris de fortune.

Après la secousse de mardi, 22 répliques ont été enregistrées et les autorités appellent les habitants à la plus grande prudence.

"Si vous ne vous sentez pas en sécurité, on vous recommande de ne pas rester dans votre habitation", a prévenu Carlos Valdés, le directeur du Centre national des désastres.

- Ecoles fermées -

Cette nouvelle tragédie frappe un pays encore sous le coup d'un séisme de magnitude 8,2 --le plus puissant en un siècle au Mexique--, qui a fait 100 morts et plus de 200 blessés dans le sud du pays le 7 septembre.

Situé à la jonction de cinq plaques tectoniques, le Mexique est l'un des pays du monde où l'activité sismique est la plus forte.

Dans les Etats de Puebla et Morelos, où se trouvait l'épicentre du séisme, les recherches se poursuivaient également.

"Il va falloir reconstruire une partie importante de la ville de Jojutla qui a été détruite", a déclaré à une chaîne locale Graco Ramirez, le gouverneur de Morelos, où l'on dénombre 71 morts.

L'électricité avait été rétablie dans environ 85% de la capitale mercredi mais les cours restaient suspendus dans les écoles des zones affectées.

Des images saisissantes postées par des touristes naviguant à Xochimilco, une zone lacustre du sud de Mexico, montraient de fortes vagues secouant les embarcations sur ces canaux d'ordinaire calmes.

Mardi, les autorités avaient organisé un exercice parasismique pour marquer l'anniversaire du séisme de 1985.

"Que Dieu bénisse les gens de Mexico ! Nous sommes avec vous et nous serons là pour vous", a tweeté le président américain Donald Trump, dont les relations avec le Mexique sont exécrables. L'Espagne, l'Allemagne et d'autres pays ainsi que le pape François ont exprimé leur solidarité.

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.