Après S and P et Moody's, Fitch dégrade à son tour la note long terme d'EDF

Publié le à Paris, 7 juin 2016 (AFP)

Après Standard and Poor's Global Ratings et Moody's, l'agence de notation financière Fitch a également abaissé mardi d'un cran de "A" à "A-" la note d'endettement à long terme de l'électricien français EDF, du fait notamment de la baisse de ses parts de marché en France et d'une situation financière tendue.

Cette dégradation "reflète l'impact des faibles niveaux de prix de l'électricité" et "l'érosion des volumes d'activité sur son marché domestique", explique Fitch, qui ajoute que malgré le plan de baisse des coûts annoncé récemment par le groupe, "la flexibilité est limitée" car EDF a besoin de financer de nombreux investissements sur son parc nucléaire.

La note est assortie d'une perspective stable, ce qui signifie qu'aucune modification de la note n'est envisagée à moyen terme par Fitch.

Mi-mai, Standard and Poor's Global Ratings et Moody's avaient également abaissé d'un cran la note de l'électricien français, dont l'Etat est actionnaire à près de 85%.

La situation financière d'EDF en termes de liquidités est "forte", concède Fitch, le groupe ayant annoncé de massives cession d'actifs, un paiement de son dividende en actions en 2017 plutôt qu'en numéraire, et un projet d'augmentation de capital de 4 milliards d'euros, à laquelle l'Etat participera à hauteur de 3 milliards d'euros.

Mais "dans la perspective d'autres engagements potentiellement majeurs, son défi le plus important sera de réduire son flux de trésorerie disponible négatif", modère-t-elle, citant le rachat à venir de la branche réacteurs d'Areva ou le projet de construction de deux EPR à Hinkley Point en Angleterre.

EDF vise toujours un retour à un flux de trésorerie disponible positif en 2018.

"La baisse des prix de gros de l'électricité à des niveaux inférieurs aux coûts de production des centrales nucléaires augmente également le risque de faibles rendements sur les dépenses d'investissement, pourtant nécessaires pour prolonger la durée de vie du parc nucléaire" français, juge l'agence.

Et la mise en place d'un prix du carbone par la France est certe positif mais "la visibilité autour de ce processus est faible et ne fournira pas ses effets avant 2017-2018", avance encore Fitch.

mhc/fpo/eb

EDF - ELECTRICITE DE FRANCE

© 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.