Assurance chômage: début de la négociation, les syndicats réaffirment leurs lignes rouges

Publié le à Paris (AFP)

Les syndicats se sont dits vendredi désireux d'aboutir à un accord sur l'assurance chômage, mais ont chacun réaffirmé leurs lignes rouges à l'ouverture de cette négociation ardue, vent debout contre toute baisse de droits des demandeurs d'emploi.

Fin septembre, l'exécutif a annoncé la couleur aux partenaires sociaux. Il faudra faire entre 3 et 3,9 milliards d'euros d'économies sur trois ans. Objectifs principaux affichés : accélérer le retour à l'emploi, réduire la précarité et désendetter l'Unédic.

La dernière convention d'assurance chômage, qui définit le cadre d'indemnisation pour les demandeurs d'emploi, avait été négociée juste avant l'élection présidentielle et est entrée en vigueur il y a tout juste un an. "Nous n'étions pas demandeurs" d'une nouvelle négociation, répètent en boucle les syndicats.

En arrivant au siège de l'Unédic, le négociateur CGT Denis Gravouil a déchiré en petits morceaux la lettre de cadrage du gouvernement, sous l'oeil des caméras. "Il n'est pas question de respecter les économies sur les droits des chômeurs", a-t-il souligné.

Marylise Léon, négociatrice pour la CFDT, a expliqué que "le temps était contraint" mais "suffisant" jusqu'à mi-janvier pour essayer de s'entendre.

Pour la CFDT, "la première ligne rouge est la dégressivité" des allocations, une des pistes versées au débat. "On ne rentrera pas dans les discussions qui entraîneraient des baisses de droits, notamment des plus précaires", a-t-elle résumé.

Pour Jean-Michel Pottier (CPME), il y a "deux épouvantails" dans cette négociation: "le bonus-malus côté employeurs et la dégressivité côté salariés".

Les partenaires sociaux doivent en effet essayer d'enrayer la prolifération de ces contrats qui coûtent cher à l'Unédic.

Le candidat Emmanuel Macron avait promis d'imposer un "bonus malus" pour pénaliser les entreprises qui en abusent, mais le gouvernement souffle le chaud et le froid sur cette promesse depuis plusieurs mois.

Cette idée a toujours hérissé le patronat, et les partenaires sociaux n'ont jamais réussi à se mettre d'accord.

- "Mortifère" -

L'expression "bonus malus" n'est d'ailleurs pas inscrite dans le document de cadrage publié fin septembre par l'exécutif et qui fait office de feuille de route. La CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) s'est déjà émue d'un projet du gouvernement auquel elle a eu accès, et qu'elle juge "mortifère" pour l'emploi.

Les huit organisations syndicales et patronales, gestionnaires du régime d'assurance chômage, vont en outre se pencher sur la "permittence", c'est-à-dire l'alternance entre emploi et chômage, qui englobe plusieurs dispositifs comme la possibilité de cumuler une partie d'allocation et de salaire.

La révision du régime des intermittents est également en jeu.

La question de la dégressivité des allocations, notamment pour les cadres, devrait elle aussi s'inviter à la table. "On peut tout ouvrir, tout regarder sans aucun tabou", a expliqué à l'AFP Hubert Mongon, négociateur pour le Medef.

Au final, s'il n'est pas satisfait, l'Etat reprendra la plume. Il met en avant un financement opéré désormais pour partie via l'impôt (CSG) au lieu des cotisations sociales salariales pour avoir plus que jamais son mot à dire.

Plusieurs syndicats alertent depuis des mois sur l'avenir même du paritarisme. A l'instar de FO, qui craint que si les partenaires sociaux n'arrivent pas "jusqu'au bout" de cette négociation, il s'agisse de la "dernière négociation Unédic".

Côté patronat, le Medef, qui se dit "attaché à un système assurantiel et contributif géré de manière paritaire", s'inquiète de ce "système hybride". Il ne veut pas "servir de variable d'ajustement par les cotisations" et alerte sur le fait que 200 millions d'euros manquent aujourd'hui à l'appel.

La ministre du Travail Muriel Pénicaud a été interpellée à ce sujet, par courrier à la mi-octobre. Les partenaires sociaux attendent sa réponse.

Syndicats et patronat ont déjà planché cette année sur une réforme qui a permis d'élargir l'indemnisation à davantage de démissionnaires et dans certains cas aux indépendants, promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

L'encre de cette réforme était d'ailleurs à peine sèche, cet été, que le président de la République leur a demandé de rouvrir le chantier et de réviser l'ensemble des règles d'indemnisation.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Au travail, vous adoptez un comportement raisonnable en ne prêtant pas attention aux rumeurs.

Taureau

Vous ne succombez à aucune tentation amoureuse. Même célibataire, vous restez de marbre.

Gémeaux

Vous êtes très motivé dans votre cadre professionnel. C’est essentiellement l’argent que votre activité rapporte qui vous encourage.

Cancer

Une rencontre est imminente si vous êtes un cœur à prendre. Votre alter ego n’est pas très loin.

Lion

Imposez vos idées devient nécessaire, voire obligatoire si vous voulez rester dans la course.

Vierge

Vous avez des opinions trop tranchées, qui manquent de nuance ou complètement disproportionnées.

Balance

Les tensions, professionnelles ou familiales, s’estompent. Vous avez mis beaucoup d’eau dans votre vin pour y parvenir.

Scorpion

Vous vous sentez moralement plus faible pendant quelques jours. Vous avez surtout besoin de repos.

Sagittaire

N’hésitez pas à faire respecter vos droits si vous êtes au cœur d’un litige. Coupez l’herbe sous le pied de vos adversaires.

Capricorne

Vous ou votre partenaire êtes plus jaloux ou possessif. Dans les deux cas, la situation n’est pas facile à vivre.

Verseau

Vous changez d’attitude, de comportement. Vous prenez d’autres dispositions par rapport à une personne ou une situation.

Poissons

Votre parole fait autorité. Vous êtes suivi, écouté, pris au sérieux. Vous êtes une référence pour beaucoup de gens.

Facebook