Attaque de l'EI contre un centre militaire à Kaboul

Publié le à Kaboul (AFP)

Le groupe Etat islamique a revendiqué lundi une attaque de plus de quatre heures contre le principal centre d'entraînement des services de renseignements afghans (NDS) à Kaboul, qui s'est soldée par quelques blessés légers parmi les forces de l'ordre.

Selon un porte-parole de la police, Basir Mujahid, "les deux assaillants ont été tués".

Le ministère de l'Intérieur avait précédemment évoqué "trois assaillants" impliqués dans l'attaque de ce bâtiment de quatre étages, en travaux et semble-t-il quasiment vide au moment de l'assaut. De son côté l'EI, dans un bref message de revendication de son agence de propagande Amaq, mentionnait "deux kamikazes".

Le bilan du côté des forces de sécurité se limite à deux blessés selon M. Basir, ou trois selon une source sécuritaire sur place qui évoque "trois blessés légers chez la police".

L'assaut avait commencé "vers 10H00 (05H45 GMT) ce matin: un groupe d'assaillants armés a attaqué un bâtiment du centre d'entraînement du NDS à Kaboul" a annoncé le porte-parole du ministère Najib Danish.

Immédiatement d'importants renforts ont été dépêchés sur place. "Toutes les unités d'élite ont été envoyées" a confié la source sécuritaire.

L'adjoint de M. Danish, Nasrat Rahim, a fait état de "tirs d'armes lourdes et légères" entendus dans ce quartier proche de l'Université de Kaboul.

Puis les étages ont été repris un par un au fur et à mesure que les forces de sécurité se frayaient un chemin.

"Ca a pris du temps parce qu'on voulait éviter des blessés chez nous et c'était au milieu des maisons" et des quartiers d'habitation, a justifié la source de sécurité sur place.

- "bien planqués"-

Les assaillants, a précisé ce responsable, "s'étaient bien planqués dans les immeubles en construction", au sein même de l'enceinte du complexe du NDS.

Tout au long de l'opération, les autorités ont imposé un black-out total à la presse, tenue à l'écart à plus d'un kilomètre du secteur entièrement bouclé par les forces de sécurité.

Le centre d'entraînement "80" est le plus important du NDS: c'est là que tous les agents des services de renseignement afghans sont formés.

Naweed, un élève qui se rendait à l'école, a raconté à l'AFP la soudaineté de l'attaque: "J'ai entendu les tirs de RPG (lance-roquettes) et d'armes à feu, la police est arrivée sur place très rapidement et a bloqué les rues. Personne ne peut rentrer chez soi", rapportait-il.

Des témoins ont mentionné sur Twitter le bruit d'une "explosion suivi de tirs", scénario classique des attaques complexes menées par les insurgés contre leurs cibles.

C'était visiblement le scénario retenu par les assaillants, mais il n'a pas fonctionné selon les officiels.

"On a fait exploser leur voiture piégée" a affirmé un membre de la sécurité.

Ce centre du NDS avait déjà été visé en septembre par l'explosion d'un véhicule piégé devant son entrée principale qui avait fait trois blessés selon le ministère de l'Intérieur.

Le dernier attentat de l'EI à Kaboul, perpétré par un kamikaze le 16 novembre, avait visé une réunion politique et fait au moins 14 morts.

La capitale afghane est régulièrement la cible d'opérations armées de la part des talibans ou de l'EI: au moins dix-huit attentats d'ampleur ont été recensés par l'AFP depuis le début de l'année, dont celui du 31 mai dans le quartier diplomatique.

L'explosion d'un camion citerne piégé chargé de plus d'une tonne et demi d'explosif avait alors fait 150 morts et 400 blessés.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.