Au Yémen, rebelles et pouvoir soutiennent les efforts de paix de l'ONU

Publié le à Sanaa (AFP)

Les rebelles et le pouvoir au Yémen se sont dits favorables lundi aux efforts de paix de l'ONU, ouvrant la voie à de nouvelles négociations pour un règlement politique du conflit qui ravage le pays depuis plus de trois ans.

La ville portuaire de Hodeida, qui illustre à elle seule la complexité de ce conflit, a connu en soirée des combats entre rebelles et forces pro-gouvernementales, les plus violents depuis la désescalade de mercredi.

Ces combats ont touché la partie orientale de la ville où les rebelles ont déclenché des tirs d'artillerie auxquels les forces pro-gouvernementales ont riposté, tandis que l'aviation de la coalition menée par l'Arabie saoudite a lancé 12 raids aériens contre les positions des insurgés, selon des responsables des forces loyalistes.

Cette poussée de violence s'est produite en dépit des appels au calme et de la présentation au Conseil de sécurité de l'ONU par la Grande-Bretagne d'un projet de résolution demandant une trêve dans la ville et le passage, sans obstacles, de l'aide humanitaire.

Aucune date n'a été fixée pour le vote de ce texte, présenté après un rapport de l'émissaire de l'ONU Martin Griffiths qui a proposé la tenue de pourparlers à Stockholm et est attendu mercredi dans la capitale yéménite Sanaa selon son bureau à Amman.

M. Griffiths a dit à la télévision Sky news qu'il tablait sur un démarrage des négociations "dans quelques semaines". Et le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a indiqué qu'elles pourraient avoir lieu "début décembre".

Le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, a déclaré qu'il enverrait une délégation à Stockholm.

Avant lui, le chef rebelle Mohammed Ali al-Houthi a exhorté ses partisans à mettre fin "aux tirs de missiles et drones" et proposé "de cesser toutes les opérations militaires sur tous les fronts", pour montrer les "bonnes intentions" des rebelles.

Dans un tweet, M. Griffiths a salué l'annonce rebelle et espéré que toutes les parties poursuivent leurs efforts de retenue "pour créer un environnement propice à la tenue" de consultations.

- Risques de "chaos" et de "famine" -

En 2015, l'Arabie saoudite sunnite, voisine du Yémen, a pris la tête d'une coalition militaire pour aider le gouvernement Hadi à stopper une offensive des rebelles Houthis, soutenus par l'Iran chiite, puissance régionale rivale du royaume saoudien.

Ce pays pauvre, en proie à la pire crise humanitaire au monde selon l'ONU, est quasiment divisé en deux, les forces progouvernementales contrôlant le sud et une bonne partie du centre et les rebelles Sanaa ainsi que le nord et une bonne partie de l'ouest.

Les Houthis opposent une résistance farouche à la coalition et multiplient les tirs de missiles contre l'Arabie saoudite.

Plusieurs séries de négociations ont échoué ces dernières années.

Vendredi à l'ONU, M. Griffiths a affirmé que le pouvoir et les rebelles avaient montré un "engagement renouvelé" à travailler à une solution politique et présenté des "garanties solides" selon lesquelles ils participeraient aux pourparlers.

Selon lui, la coalition militaire a accepté des "arrangements logistiques" afin d'ouvrir la voie à des discussions, y compris sur des évacuations médicales de Sanaa, et un accord sur un échange de prisonniers est près d'être conclu.

A Sky News, il a mis en garde contre un échec de ce processus évoquant les risques d'une famine et ceux d'un "chaos" et d'une résurgence du "terrorisme".

Pour M. Le Drian, "cette guerre ne peut (...) se régler que par le compromis politique". Il a évoqué une "Arabie saoudite un peu affaiblie" et des "Houthis sous pression de l'Iran qui n'a pas intérêt à s'engager davantage dans ce conflit".

- "Préserver le sang" -

Le roi Salmane d'Arabie saoudite a aussi confirmé "l'appui" de son pays "à une solution politique", en affirmant que son pays était intervenu au Yémen par "devoir, celui de soutenir le peuple yéménite face aux milices appuyées par l'Iran".

La guerre au Yémen a fait quelque 10.000 morts, selon l'ONU qui fait état de 14 millions de personnes en situation de pré-famine.

Hodeida, sur la mer Rouge, est le point d'entrée de plus des trois-quarts des importations et de l'aide humanitaire internationale au Yémen.

A Sanaa, la perspective d'une fin du conflit est considérée comme le résultat de la "résistance face à l'agression", selon l'expression du "ministre de l'Information" des insurgés Daïfallah Chami.

Mohammed al-Jouri, un habitant de Sanaa, a lui appelé la coalition à "saisir une occasion de préserver le sang" des Yéménites.

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Betfirst - Livepartners

Ailleurs sur le web

Votre horoscope du jour par Serge Ducas

Bélier

Vous débutez la journée avec une bonne nouvelle pour votre couple. Seul, vous êtes prêt pour une rencontre.

Taureau

Vous gérez votre situation financière avec le plus grand sérieux.

Gémeaux

Vous avez les cartes en main pour améliorer votre situation financière. Vous êtes compétent.

Cancer

Vous vivez des moments de bonheur intense avec votre partenaire. Vous semblez vous redécouvrir.

Lion

Vous avez à cœur de rendre votre intérieur plus chaleureux et accueillant.

Vierge

Des discussions avec votre partenaire mettent en lumière un problème que vous tendez à fuir depuis quelques semaines.

Balance

Une dépense inattendue vous oblige à puiser dans vos économies ou à faire quelques sacrifices.

Scorpion

Vous êtes de plus en plus impatient dans le cadre professionnel. Vous relancez quelqu’un pour accélérer le rythme.

Sagittaire

Vous parvenez à partager équitablement votre vie professionnelle et votre vie privée.

Capricorne

Vous menez à terme un projet sur lequel vous êtes investi depuis plusieurs mois. Vous pouvez passer à autre chose.

Verseau

Acceptez de discuter calmement, sereinement avec votre partenaire. Votre relation n’en sera que meilleure ensuite.

Poissons

Votre vie de couple est source de complications, car vous cherchez à éviter toutes les discussions sensibles.

Facebook