Aymeric Chauprade, le mystérieux géopolitologue du FN

Publié le à Paris (AFP)

Aymeric Chauprade, tête de liste FN en Île-de-France pour les élections européennes, est un spécialiste influent et controversé de géopolitique et l'une des têtes de pont du positionnement pro-russe du parti d'extrême droite.

S'il a pris sa carte du FN en novembre dernier, cet "ami personnel" de Philippe de Villiers conseille depuis 2010 Marine Le Pen sur les questions internationales et compte lui organiser après les européennes un "programme de voyages d'Etat en Afrique, en Asie et dans le monde arabe".

Cheveux poivre et sel, lunettes d'intellectuel, il est capable de dérouler un impressionnant CV, dans un document de "présentation" transmis à l'AFP: multi-diplômé (dont un doctorat en science politique), multi-enseignant en France ou à l'étranger, multi-cartes (édition, "dirigeant d'entreprises dédiées au conseil et à l'intelligence"), multi-consultant et conférencier enfin (ONU, Otan, Maroc, République dominicaine).

"Considéré comme l?un des fondateurs de la nouvelle géopolitique française", selon le Dictionnaire de géopolitique des Editions PUF, il est courtois et apparaît presque timide, bien qu'il organise méthodiquement sa communication.

A tel point que son CV brille d'un peu trop de feux.

"Titulaire de la +Chaire d'histoire des idées politiques+ de l'Université de Neuchâtel en Suisse" entre 2003 et 2009 ? "En aucun cas ! Il n'était que chargé de cours", se souvient-on là-bas.

"Membre" du Club de Valdaï, un rendez-vous annuel réunissant des experts russes et étrangers ? "Non, il y a été invité seulement en 2013", indique-t-on.

"Titulaire de la +Chaire de géopolitique+ de l'Ecole de Guerre à Paris" ? "Intervenant", corrige-t-on: "Il n'y a pas de chaire".

Cela ne fait qu'accréditer la prudence de Sioux qu'emploie ce quadragénaire -père de quatre enfants et habitant la capitale autrichienne Vienne- lorsqu'il s'agit de parler avec les journalistes.

Grand promoteur des positions pro-Russie au sein du FN --il n'est pas le seul--, il ne s'étale guère sur ses interventions et ses contacts dans le pays.

Comment s'informe-t-il sur l'Ukraine ? "C'est la question des réseaux", répond-il énigmatiquement, lui qui revient de Crimée où il a observé le référendum qui a mené au rattachement de la province à la Russie.

A Moscou, il est "perçu comme un ami", assure-t-il, avant de qualifier l'ère Poutine de "globalement positive" pour le pays, dans un curieux parallèle avec les propos critiqués de Georges Marchais en 1979 sur l'URSS.

Le mystère, il l'entretient aussi en étant l'un des rares au FN à ne pas donner son numéro de téléphone aux journalistes.

On l'interroge sur les propos du néerlandais Geert Wilders, qu'il devrait côtoyer dans le groupe que le FN espère former à Strasbourg, et qui a comparé le Coran à Mein Kampf d'Hitler ? "Geert Wilders pense que l'islam est totalitaire, c'est son choix. Ce n'est pas la tradition de pensée du FN. C'est une différence acceptable du moment qu'il n'en tire pas la conséquence qu'il faut persécuter les gens", répond-il.

- Le "détail" du 11 septembre ? -

Mais Aymeric Chauprade est surtout connu en France pour sa vision polémique des attentats du 11 septembre 2001.

En 2009, Hervé Morin, alors ministre de la Défense, avait mis fin à ses fonctions d'enseignant au Collège Interarmées de défense (CID), l'ancien nom de l'Ecole de guerre, et au sein des organismes militaires de formation, lui reprochant des "relents absolument inacceptables" dans son livre "Chronique du choc des civilisations".

Le tribunal administratif avait annulé cette décision pour cause de "procédure irrégulière", tout en avalisant une autre décision de renvoi de M. Chauprade prise plus tard et mieux fondée juridiquement.

"La version officielle de ces attentats pose des problèmes", dit-il à l'AFP, avant de confier : "Si c'est mon détail qui me poursuit, ça sera mon détail qui me poursuit", en référence aux propos de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz.

Au sein du FN, les éloges fusent. Un proche de Marine Le Pen, initialement rétif, a d'ailleurs révisé son jugement: "Il se débrouille bien".

Dans son futur costume d'eurodéputé, M. Chauprade assume le rôle protestataire qu'il aura avec les autres élus FN: "C'est pas surprenant: on n'est pas aux affaires. L'objectif ultime, c'est la présidence. Là, on prendra des grandes décisions."

© 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.